Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le témoignage                     Derrida, le témoignage
Derrida, le mal               Derrida, le mal
Jacques Derrida - "Le Cahier de l'Herne sur Jacques Derrida", Ed : de l'Herne, 2004, p523 - Poétique et politique du témoignage

 

Aschenglorie, traduction Du Bouchet -

Derrida, reste, restance

La cendre est la figure de l'anéantissement sans reste, ni mémoire, ni archive - qui menace de détruire jusqu'à la possibilité même de témoigner de l'anéantissement

Derrida, reste, restance
   
   
   
Derrida, l'archive Derrida, l'archive
Une oeuvre en appelle au témoignage d'un autre               Une oeuvre en appelle au témoignage d'un autre  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le poème de Paul Celan dont on peut lire ci-contre la traduction par André du Bouchet (et une autre traduction ici, par Jean-Pierre Lefebvre), a pour premiers mots (qui servent aussi de titre) ASCHENGLORIE (en lettres capitales et en un mot), traduit ci-contre par CENDRES LA GLOIRE (trois mots), que Lefebvre a traduit par GLOIRE DE CENDRES, et que Derrida propose de traduire GLOIRE POUR LES CENDRES, ou éventuellement GLOIRE AUX CENDRES. Ce mot composé, inventé, inaugural, divisé mais rassemblé, se rapporte à la Shoah : des existences innombrables réduites en cendres, incinérées avec le nom et la mémoire. A la fin du poème, le mot Aschenglorie est répété avec un trait d'union, Aschen-glorie (rendu ci contre par Cendres- la gloire), avant la phrase finale, "Nul ne témoigne pour le témoin". Avec la Shoah, c'est la possibilité même du témoignage qui est en question, la possibilité de témoigner du témoignage. Le poème, y compris ses premiers mots, est intraduisible, aussi intraduisible, incalculable, que la Shoah. Coup de génie poétique de Celan, dit Derrida. La gloire de cendre, c'est la gloire qui s'éteint, elle-même en cendres, et c'est aussi les cendres de gloire qui peuvent être "re-nommées, chantées, bénies, aimées" - mais qui n'ont pas d'autre consistance, de rapport à soi ni d'identité que leur dissémination, leur perte de consistance, de substance, d'existence. Par l'acte de mémoire poétique, ces cendres échapperaient à l'anéantissement - que pourtant le mot même de cendre souligne.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaTemoin

RR.LER

DerridaMal

TC.LET

DerridaRestance

QD.LDF

DerridaArchive

HN.LLK

OeuvreTemoin

JF.LLK

UCendreAneantissement

Rang = LCendreNeant
Genre = MK - CIT