Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le pouvoir, le souverain                     Derrida, le pouvoir, le souverain
Sources (*) : Derrida, responsabilité(s)               Derrida, responsabilité(s)
Jacques Derrida - "Séminaire 2001-02 "La bête et le souverain" Volume 1", Ed : Galilée, 2008, p91

 

- -

Derrida, Dieu

La définition la plus profonde de l'absolue souveraineté - celle du souverain et aussi celle de Dieu et de la mort -, c'est qu'elle ne répond pas, elle a droit à l'irresponsabilité

Derrida, Dieu
   
   
   
Derrida, la mort Derrida, la mort
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Selon Thomas Hobbes dans le Léviathan, il est impossible de s'allier avec Dieu comme avec les bêtes, car la bête ne comprend pas le langage humain, et Dieu, même s'il comprend, ne répond jamais. S'ils acceptaient une convention avec les hommes, ni l'un ni l'autre ne pourrait le faire savoir. Or un contrat sans échange, sans partage, sans acceptation, n'est pas un véritable contrat. Pour qu'il y ait convention, il faut une réponse, une responsabilité, et cela n'est possible qu'entre humains.

Selon Derrida, il est faux de dire que les animaux sont incapables de répondre au langage humain. Par l'apprentissage, l'expérience, la domestication ou le dressage, ils démontrent au contraire leur capacité à entrer en relation avec les hommes. Ils peuvent répondre aussi aux interdits, aux violences, aux marquages des frontières. Les zoos et les ménageries ont une histoire. Il est aussi faux de dire que les humains ne passent entre eux que des contrats littéraux ou discursifs : eux aussi entrent dans des relations dissymétriques, sans consentement mutuel. La croyance selon laquelle l'animal réagit mais ne communique ou ne signifie pas est un dogme partagé par toute la tradition philosophique.

Pour Dieu comme pour le souverain absolu, la dissymétrie est radicale. On n'est jamais assuré de leur acceptation. Ils n'ont aucun devoir de réciprocité et ne répondent ni de leurs paroles, ni de leurs actes. Etant au-dessus du droit, ils peuvent le suspendre. Ils ressemblent à la bête, et portent en eux la mort (comme non-réponse).

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
ProSouverain

FD.LDF

DerridaResponsabilite

ID.LID

DerridaDieu

HE.LHE

DerridaMort

JE.LHJ

USouverainNOnReponse

Rang = LNonReponseSouv
Genre = MK - NP