Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
                   
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "Otobiographies, L'enseignement de Nietzsche et la politique du nom propre", Ed : Galilée, 1984, p44

 

Nietzsche, clinique psychiatre de Weimar (vers 1900) -

"Rien ne revient jamais à du vivant", au porteur du nom - tout ce qui revient revient seulement au nom

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Un philosophe laisse un nom, une signature (par exemple Friedrich Nietzsche); il laisse aussi un corpus (un système, une oeuvre), et des éléments empiriques à partir desquels des historiens peuvent construire une biographie, quelque chose comme "une vie de philosophe". Nietzsche a mis en jeu son nom, il a mis en scène sa signature, et tout ce qu'il a écrit revient désormais à ce nom. Un nom est toujours, a priori, un nom de mort [même lorsque son porteur est encore vivant]. Ce qui a été signé de ce nom revient à ce nom, pour le meilleur ou pour le pire [et pour ce qui concerne Nietzsche, ce peut être le pire - cf ce que les nazis en on fait].

Alors que le mort peut être visé par le savoir scientifique, sans retard ni résidu, le vivant ou "la vie" (biologie, biographie) a du mal à devenir objet de science, car le sujet du discours biologique est lui aussi vivant, avec toutes les forces qui le travaillent. La lecture philosophique traditionnelle se limite à l'analyse des systèmes [morts] laissant le biographique aux historiens ou aux psychologues.

 

 

Cette dissociation, légitimée par la tradition, pose problème pour certaines penseurs (Freud, Kierkegaard, Nietzsche) qui, avec leur nom, ont mis en jeu leur biographie, obligeant le lecteur à une autre analyse du nom propre et de la signature. Nietzsche, dans Ecce Homo, met en avant son nom et son corps - une ruse de la vie nécessairement perdante, car l'écriture ne peut revenir à du vivant.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida

URetourNom

Rang = LNomMort
Genre = MK - NP