Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'oeuvre ne dévoile nulle vérité                     L'oeuvre ne dévoile nulle vérité
Sources (*) :              
Jean Genet - "Ce qui est resté d'un Rembrandt déchiré en petits carrés bien réguliers, et foutu aux chiottes", Ed : Chemjn de fer, 2013, p11

 

Autoportrait au baton (Rembrandt, 1658) -

Ce sont seulement ces sortes de vérités, celles qui ne sont pas démontrables et même qui sont "fausses", qui doivent être exaltées par l'oeuvre d'art

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pour qu'une "oeuvre d'art" soit désignée comme telle, ou qu'elle intéresse Jean Genet, ou qu'elle attire le regard du genre de lecteur qui lit Jean Genet [dont nous sommes], il ne faut pas qu'elle "exalte" n'importe quelle vérité, mais seulement certaines vérités ou certaines sortes de vérités [ce qui garantit la pluralité des "vérités"], celles qui se nieraient elles-mêmes si on allait jusqu'à leur extrêmité, ou celles qui conduiraient à l'absurde ou même à se nier soi-même [le lecteur, ou le regardeur] si on tentait un jour de les appliquer [qu'est-ce que ça peut vouloir dire, "appliquer une vérité?"], ou celles qui deviennent un chant, ou celles qui suscitent un chant, ou celles qui vivent par le chant. Et donc, toutes ces vérités qui ne sont pas démontrables, et qui même sont fausses, ce sont ces vérités-là qu'on trouve [ou qu'on doit trouver] dans les tableaux de Rembrandt, puisque c'est de cela dont il s'agit dans ce texte organisé en deux colonnes, intitulé "Ce qui est resté d'un Rembrandt déchiré en petits carrés bien réguliers et foutu aux chiottes".

Ces "fausses" vérités, Genet y croit vraiment, puisqu'il les cite au début de la première colonne et de son texte, et encore à la fin de la dernière colonne (c'est-à-dire à la fin du texte) [ce que Derrida, dans Glas, qualifie de chiasme], où l'on peut lire : "Et il va de soi que toute l'oeuvre de Rembrandt n'a de sens - au moins pour moi - que si je sais que ce que je viens d'écrire était faux". Entre le début et la fin du texte, il y a quand même un changement : ce qui est faux [ou peut éventuellement être faux], dans cette dernière partie, ce n'est pas ce que Rembrandt a peint, c'est ce que Genet lui-même a écrit. Mais y a-t-il vraiment une différence entre les deux? Dans un cas ou dans l'autre, il s'agirait, si l'on suit Genet, d'"oeuvre d'art". Or qu'est-ce qu'une oeuvre d'art? Ces choses qui risqueraient fort de nous rendre cons (p18, troisième constat de fausse vérité) si nous n'acceptions pas qu'elles brouillent notre intelligence, qu'elles la ligotent, qu'elles la paralysent, qu'elles interdisent les jeux intellectuels, qu'elles nous embourbent de manière lumineuse, avec la plus grande certitude, dans l'incertitude.

 

 

Voici la chose regardée, l'oeuvre, celle qui selon Genet détermine notre regard. Notre oeil la regarde, la reconnait, et en même temps reconnaît la peinture comme telle. Ce n'est pas un visage, c'est une matière franche, une matière de peintre.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Genet
ArchiOeuvreVerite

FV.LLM

UOeuvreVerite

Rang = RVeriteArt
Genre = MR - IA