Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le pouvoir, le souverain                     Derrida, le pouvoir, le souverain
Sources (*) : Derrida, l'animal               Derrida, l'animal
Jacques Derrida - "Séminaire 2001-02 "La bête et le souverain" Volume 1", Ed : Galilée, 2008, p24

 

Le loup scythe (1658, anonyme) -

Là où les choses s'annoncent "à pas de loup", le loup est absent, silencieux; un autre loup plus fort encore, qui figure autre chose, hante la scène

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Au lieu de commencer par un récit et de finir sur une morale (comme la plupart des fables), la fable de La Fontaine, Le loup et l'agneau, commence par les deux vers : La raison du plus fort est toujours la meilleure : / Nous l'allons montrer tout à l'heure. Pour ce qui le concerne, Jacques Derrida omet le premier vers et garde l'annonce : Nous l'allons montrer tout à l'heure. Quoi? Eh bien (répète Derrida), nous l'allons montrer tout à l'heure. A l'heure du suprême silence (comme dit Nietzsche), arrive une voix sans parole, une voix silencieuse, discrète, inapparente. En silence, cette voix commande : tu commanderas, tu donneras des ordres, tu mèneras le monde. Au début de la fable, l'agneau n'entend pas venir le loup. Quand les choses s'annoncent, y a-t-il déjà un loup, ou n'est-il pas là? Ou le nom du loup, sa figure fabuleuse et fantasmatique, annonce-t-elle autre chose? Est-elle le masque qui dissimule ce qui nous regarde sans être vu, ce regard spectral qui ne se manifeste pas directement, mais à travers un effet de visière? Mais de qui est ce regard, quel est-il?

---

 

 

A l'appel de son nom, le loup ne se présente pas en personne (sauf dans les fables). Il est d'autant plus fort, souverain (puisque c'est de cela qu'il s'agit), qu'il joue de la ruse, du simulacre ou de la menace. En restant invisible, inaudible, insensible, indifférent, insaisissable, il peut avoir raison de l'autre sans se justifier, sans se préoccuper de savoir si la raison est bonne ou mauvaise.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
ProSouverain

VE.LEF

DerridaAnimal

EL.LEL

ULoupSilence

Rang = VLoupAnimalSouv
Genre = MR - IA