Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'animal                     Derrida, l'animal
Sources (*) : Derrida, l'humain               Derrida, l'humain
Jacques Derrida - "L'animal que donc je suis", Ed : Galilée, 2006, p30

 

Tigre -

Apocalypse : les fins de l'homme

L'expérience du regard sans fond d'un animal annonce l'ultime frontière apocalyptique, l'instant d'extrême passion où sont frôlées les limites abyssales de l'humain

Apocalypse : les fins de l'homme
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Cette expérience, c'est celle à laquelle Jacques Derrida dit avoir abouti sans l'avoir prévu, à l'occasion de la troisième "décade" de Cerisy qui lui ait été consacrée. Dans la série Les fins de l'homme (1981), Le passage des frontières (1992), et L'animal autobiographique. (1997) [en atttendant la quatrième décade, qui au moment de la rédaction de ce texte - en 1997 - n'était pas encore imaginable, La démocratie à venir (2002)], ce serait le propre de l'humain qui serait en jeu. Face au regard d'un animal (considéré non pas comme un représentant du genre "animal", mais comme un vivant unique), Derrida s'interroge sur "ce que je suis" [sous-entendu : ce que je suis aux confins de l'homme]. Il répond par un double titre : L'animal que donc je suis (titre du présent texte) et L'animal autobiographique, le terme "autobiographie" renvoyant à un temps très ancien, un temps d'avant la confession, d'avant la chute, d'avant la honte de la nudité, un temps où s'est instaurée la supériorité sacrificielle de l'homme qui montre aujourd'hui sa faille, sa défaillance, voire sa fin, son apocalypse.

Dans l'étrange moment où je me présente nu devant l'animal, où je me vois vu par lui, ce que je vois dans son regard est le temps d'avant la parole, avant la nomination, avant la distinction du bon et du méchant, de l'innocent et du cruel, etc. Son regard est illisible, ininterprétable. Ce n'est pas un autrui que j'y rencontre (un prochain en tant qu'homme), c'est un être tout autre, étranger aux fins de l'homme et au passage des frontières (y compris la frontière entre l'homme et l'animal). Cet être, je ne peux pas le mettre à distance, l'objectiver. Il est (dit Derrida) ma passion, (ma passion à moi, autobiographique).

 

 

Son regard déclenche une apocalypse (une catastrophe qui emporte tous les systèmes) dont je ne peux pas m'abstraire. Je suis l'apocalypse même (dit Derrida). La supériorité de l'homme, dont je suis l'héritier, se dilue en moi.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAnimal

VF.LDF

DerridaHumain

VE.LEF

ApocalypseHumain

DU.LLD

VAnimalApocalypse

Rang = OAnimalApocalypse
Genre = MK - NP