Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'humain                     Derrida, l'humain
Sources (*) : Derrida, l'animal               Derrida, l'animal
Jacques Derrida - "L'animal que donc je suis", Ed : Galilée, 2006, p53

 

L'alphabet des animaux -

Derrida, limitrophie, limite et arrêt

Entre "humain" et "animal", la rupture est abyssale mais la frontière ni une ni indivisible : c'est une limitrophie complexe, plurielle, que l'homme raconte autobiographiquement

Derrida, limitrophie, limite et arrêt
   
   
   
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Pour analyser les rapports entre ce qu'on a coutume d'appeler l'"humain" et ce qu'on a coutume d'appeler l'"animal" (ces appellations, que les mutations actuelles mettent en question, n'étant peut-être que provisoires), Jacques Derrida fait appel à "une autre logique de la limite" qu'il nomme limitrophie. D'un côté, la rupture, l'abîme entre l'humain et l'animal est indéniable, indubitable. Il y a des différences, des hétérogénéités, des discontinuités. La limitrophie derridienne ne conteste pas l'existence de la limite. Mais d'un autre côté, cette limite a une structure, une forme et une histoire qu'on peut analyser. Il y a plus d'une ligne, plus d'un bord. Le limitrophe n'est pas réductible à un trait indivisible. C'est un lieu complexe, multiple, mobile, une figure épaisse et pliable, qui peut croître et multiplier, qui se nourrit de culture, d'éducation, de dressage. Entre l'homme et l'animal, les passages sont multiples : la nourriture, la fable, les fantasmes, etc., mais dans tous les cas, c'est lui, l'homme, qui donne les noms. "Nous les hommes", c'est nous qui les appelons "animaux". S'il y a un récit de la limite, il est, pour l'homme, autobiographique.

 

 

Au concept courant de la limite, figurée par un trait, une ligne ou un bord indivisible, Jacques Derrida oppose un autre concept : une limite épaisse, dynamique, en mouvement, à la fois intérieure et extérieure à ce qu'elle délimite. C'est (en art) le cadre, le parergon, ou (en philosophie) le bord dynamique de l'oeuvre, par exemple le Ecce homo nietzschéen : un corpus d'écriture séparable/inséparable de la biographie du signataire.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaHumain

ED.LED

DerridaAnimal

DR.LKK

DerridaLimite

LF.LFF

UAnimalRupture

Rang = OAnimalSep
Genre = MK - NG