Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'animal                     Derrida, l'animal
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "L'animal que donc je suis", Ed : Galilée, 2006, pp53-54

 

Singer le singe -

Chaque fois qu'on dit "l'Animal" en général, on profère une bêtise, on avoue un symptôme, un mal, on dénie son engagement dans une guerre des espèces

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida ne conteste pas l'existence d'une limite "entre l'Homme avec un grand H et l'Animal avec un grand A". Sur cette limite, le rapport à soi de la vie humaine (ce qu'il appelle autobiographie de la vie humaine) s'est institué. C'est une rupture, un abyme. Mais cette ligne de partage n'est pas indivisible : elle est constituée historiquement, mouvante et multiple. Ce n'est pas un trait de séparation, mais une limitrophie complexe et dissymétrique.

Ce sont les hommes qui disent "nous", ce sont eux qui donnent des noms aux animaux (et prétendent qu'ils ne répondent pas, ou qu'ils n'ont pas de langage). Il n'y a d'Animal en général que dans ce rapport à l'Humain en général. Mais si l'on considère la structure de cette frontière, son épaisseur, son feuilletage, ses pliures, alors la notion d'un Animal en général n'est plus tenable, c'est une bêtise (une fable, une histoire racontée par une subjectivité anthropo-centrée). Au lieu de l'Animal, se déploie une multiplicité hétérogène de vivants, d'organisations entre la vie et la mort, l'organique et l'inorganique. Nommer Animal, au singulier, tout vivant qui ne serait pas l'homme, dire "je", ou "on", par rapport à cela, c'est se situer soi-même comme espèce par rapport à d'autres espèces, à la fois avouer son animalité et s'engager dans une guerre [contre les autres espèces ainsi définies par soi-même].

 

 

Parler d'"Animal en général" est, pour Derrida, le symptôme d'un mal. Lequel? Celui d'un rapport abstrait à ce qu'on nomme animalité, qui rassemble une multiplicité en un seul mot et dénie la possibilité d'un vivant unique, irremplaçable.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAnimal

MG.LDF

UGuerreEspeces

Rang = OAnimalEspeces
Genre = MK - NP