Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la tora                     Derrida, la tora
Sources (*) : Derrida, l'humain               Derrida, l'humain
Jacques Derrida - "L'animal que donc je suis", Ed : Galilée, 2006, p70

 

Ex Libris -

Derrida, l'animal

Tout ce qui constitue le propre de l'homme dans le discours occidental tient à un défaut originaire : la nudité devant le regard de l'animal, qu'"il faut" cacher

Derrida, l'animal
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans la tradition juive comme pour les Grecs, on situe la faute, le défaut et la nudité à l'origine de l'histoire humaine. C'est le cas dans la bible avec Adam et Eve, puis Caïn; c'est le cas aussi avec les mythes d'Epiméthée et de Prométhée (l'homme reçoit le feu et la technique pour compenser sa nudité) et d'Hermès. C'est ce défaut originaire de l'homme qui détermine sa sortie de la nature, sa socialité, son accès au savoir et à la technique. S'il se considère comme supérieur à l'animal qu'il veut assujettir, c'est pour compenser ce défaut.

Mais quel défaut exactement? Jacques Derrida met en avant le mythe de Bellérophon - ce chasseur-dompteur, particulièrement pudique, qui a vaincu Khimaira, la chimère (ce triple animal lion-chèvre-dragon, le dragon étant son derrière). Ce qui est chimérique, cela ne fait pas partie du monde, il faut l'exclure, disait aussi Descartes. Bellérophon ne supportait pas la nudité des femmes, il craignait d'être infecté par elles, il se retirait devant elles. De quoi avait-il peur? Freud aurait répondu : de la vue des organes génitaux, de la castration. Mais pour Derrida, la menace a un autre nom : animot. Animot est, au singulier, un nom pluriel. Il donne à entendre ces vivants que les hommes appellent animaux, mais qui ne se rassemblent pas, ne constituent aucun ensemble. Ecce Animot, dit-il, Voici l'animot, cette prolifération de vivants qu'on peut associer à la féminité - et aussi à la mixité, à l'hybride, à la chimère. C'est cette prolifération qui est insupportable pour Bellérophon comme pour l'homme en général, c'est elle qui menace la domination du sujet, du souverain, et même du philosophe quand il dit "je", quand il se met à l'autobiographie.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaTora

GD.LDG

DerridaHumain

DG.LDG

DerridaAnimal

ME.LME

UHumainOccid

Rang = LPropreHumainAnimal
Genre = MK - NG