Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le nom                     Derrida, le nom
Sources (*) : Derrida, Dieu               Derrida, Dieu
Jacques Derrida - "L'animal que donc je suis", Ed : Galilée, 2006, p67

 

- -

Derrida, l'animal

Donner le nom, c'est encore sacrifier du vivant à Dieu

Derrida, l'animal
   
   
   
Derrida, le sacrifice Derrida, le sacrifice
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Dans le second récit de la Genèse, Dieu confie à l'homme le soin de nommer les animaux. "Yhvh Dieu modela encore du sol toutes les bêtes sauvages et tous les oiseaux du ciel, et il les amena à l'homme pour voir comment celui-ci les appellerait : chacun devait porter le nom que l'homme lui aurait donné" (Gn 2:19). Jacques Derrida insiste sur la locution "pour voir". Si Dieu laisse l'homme nommer les animaux, c'est "pour voir" comment il va les nommer, dans l'attente de ce qui va arriver. Or qu'arrive-t-il dans les chapitres suivants par rapport aux animaux? Une première faute associée au serpent, le plus rusé de tous les animaux des champs, puis une seconde, quand Caïn refuse de pourvoir à la chair sacrificielle. Tout se passe comme si l'acte de nomination d'Adam (l'homme, Isch), n'était qu'une étape vers l'acte d'Abel (le sacrifice des premiers-nés du bétail). Nommer, c'est faire entrer le vivant dans l'échange sacrificiel. Abel se soumettra à l'exigence de Dieu, mais pas Caïn, qui le paiera d'un crime plus grave, d'une expulsion, d'une errance.

Le nom est toujours reçu (pour l'animal comme pour l'homme). Il implique une passivité, une tristesse. Impossible de se le réapproprier. Le porteur est mortel, son nom annonce sa mort à venir, mais lui (le nom) survivra. Le nommé, déjà mourant, reçoit la nomination comme une blessure, un deuil. Que lui importe la survivance? Elle n'est ni un salut, ni une rédemption. En nommant, l'homme revendique sa propriété et sa supériorité sur la vie animale, il légitime le sacrifice.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaNom

DN.LJD

DerridaDieu

EH.LEH

DerridaAnimal

GF.LLK

DerridaSacrifice

HN.LLK

VNomDieu

Rang = SNomSacrifice
Genre = MK - NP