Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Apocalypse : les fins de l'homme                     Apocalypse : les fins de l'homme
Sources (*) :              
Peter Szendy - "L'Apocalypse cinéma - 2012 et autres fins du monde", Ed : Capricci, 2012, p9

 

-

S'il y a, au cinéma, un genre apocalyptique, sa loi peut se dire : "la fin du monde, c'est la fin du film; ou la fin du film, c'est la fin du monde"

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le film Melancholia, de Lars von Trier (2011) se termine par un écran noir, silencieux. Pendant une dizaine de secondes, le spectateur peut se sentir anéanti, muet. Une explosion catastrophique a fait disparaître le monde, il n'en reste rien. Peter Szendy insiste sur ce rien : il faut que la dernière image d'un film apocalyptique soit "la dernière de toutes - de toutes les images passées, présentes ou à venir". Après le film, il ne devrait plus rien rester, un rien absolu, définitif. Tout a explosé, la terre, le monde, le cosmos. D'un côté, l'image noire est suivie par un générique qui donne le sentiment de revenir vers le monde, vers l'humain de la série des noms, mais d'un autre côté la coïncidence quasi parfaite entre fin du monde et fin du film fait selon Szendy de Melancholia le film apocalyptique par excellence, le plus digne de ce nom, le seul film véritablement apocalyptique de l'histoire du cinéma, l'incarnation exemplaire de la formule du genre, celui auquel tout le cinéma-apocalypse [ultérieur mais aussi antérieur] devrait se référer.

Entre la fin du film et le générique, en l'espace de quelques instants, "le suspens radical d'un silence absolu nous fait entrevoir la possibilité d'un archi-fondu au noir, d'un effacement total après l'ultime image" dit Szendy. Qu'est-ce que cet archi-fondu? Comment un cinéma qui se voudrait la réalisation d'une telle loi pourrait-il introduire à autre chose qu'à la fin du cinéma? Quel cinéma pourrait-il y avoir après cela?

L'une des dernières images du film de Lars Von Trier, Melancholia (2011), et la toute dernière.

 

 

On peut proposer pour cette absence radicale d'avenir une interprétation politique.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

szendy
ApocalypseHumain

KH.KLL

UCinemaApocalypse

Rang = SCinemaApocalypse
Genre = MH - NP