Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'animal                     Derrida, l'animal
Sources (*) : Derrida, le juste               Derrida, le juste
Jacques Derrida - "Séminaire 2001-02 "La bête et le souverain" Volume 1", Ed : Galilée, 2008, p155

 

Krao -

Derrida / Lacan, cousinages

Une éthique de justice n'engage pas seulement ma responsabilité à l'égard du semblable, mais aussi du dissemblable, du tout autre ou du monstrueusement autre

Derrida / Lacan, cousinages
   
   
   
Derrida, l'éthique Derrida, l'éthique
Derrida, responsabilité(s)               Derrida, responsabilité(s)  
Derrida, le tout - autre                     Derrida, le tout - autre    

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans son Introduction théorique aux fonctions de la psychanalyse en criminologie (texte de 1950 paru dans les Ecrits), Lacan affirme, à propos de l'adage homo homini lupus (l'homme est un loup pour l'homme), que la cruauté dont les hommes font preuve à l'égard des autres hommes dépasse tout ce que peuvent les animaux. Et il ajoute : "Mais cette cruauté même implique l'humanité. C'est un semblable qu'elle vise, même dans un être d'une autre espèce". Selon Derrida, cette citation, comme l'ensemble du texte, témoigne d'une "machine de présuppositions" que Lacan partage avec la plupart des philosophes. L'animal ne serait pas un "semblable" car privé de langage, d'histoire, de culture, de technique. Etant étranger à la loi, il serait aussi étranger à ce par quoi commence l'humain : le crime (pour Freud, le meurtre du père), la faute, l'égalité des frères fondée sur la culpabilité.

Jacques Derrida critique le crédit "exorbitant" accordé à cette "valeur" qu'est le semblable. S'il n'y a faute que si l'on fait souffrir son semblable, alors on peut tuer le dissemblable, on peut le torturer en restant innocent. On peut être criminel et cruel (comme dans les abattoirs, les corridas, les expérimentations animales) à l'égard de tout vivant autre que l'homme. Mais qu'est-ce qu'un semblable? Sa détermination présuppose une limite qualitative, infranchissable (celle que Lévinas repère dans un visage humain) qui s'appuie sur toute une culture. Pour Derrida, c'est avec le méconnaissable que commence l'éthique, avec le vivant étranger à l'espèce humaine.

Krao, la fille-chimpanzé née au Laos en 1872, symbole du brouillage des frontières.

 

 

- Emilia : En 2001, Jacques Derrida oppose à Lacan un principe : celui d'une obligation éthique inconditionnelle (inconditionnelle c'est-à-dire ne tenant compte d'aucune frontière préalable, notamment la frontière entre l'humain et l'animal). On pourrait lui répondre qu'il passe à côté de la visée de Lacan. Lacan ne juge pas le crime, il est dans la position d'un expert qui analyse, avec les outils du psychanalyste, la place qui est faite au crime dans la société de son temps.

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAnimal

KJ.KKJ

DerridaJuste

JE.LJE

MQiDerridaLacan

OE.LOE

DerridaEthique

CK.LKK

DerridaResponsabilite

FD.LDF

DerridaToutAutre

QE.LED

UJusteDissemblable

Rang = LJusteAutre
Genre = MR - NP