Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'animal                     Derrida, l'animal
Sources (*) : Derrida / Lacan, cousinages               Derrida / Lacan, cousinages
Jacques Derrida - "Séminaire 2001-02 "La bête et le souverain" Volume 1", Ed : Galilée, 2008, pp165-168

 

Cheval bleu II (Franz Marc, 1911) -

Derrida, marque, re - marque, itérabilité

Les distinctions code/langage ou réaction/réponse ne valent que pour légitimer la frontière animal/humain, qui dénie l'itérabilité ou l'automaticité incluse dans toute réponse

Derrida, marque, re - marque, itérabilité
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

En 1936, dans son Stade du miroir, Lacan reconnaît que, pour l'animal, la sexualisation peut passer par le miroir. Mais (toujours selon Lacan) l'animal reste confiné dans cette fonction imaginaire. Il n'accède ni au symbolique, ni à la loi, ni à l'inconscient. En distinguant l'instinct (animal) de la pulsion (humaine) [déjà impliquée dans le langage], en séparant la grégarité animale de la socialité humaine, Lacan s'inscrit dans la tradition biblico-prométhéenne du propre de l'homme. La fixité du déterminisme animal s'oppose à la mobilité humaine liée à son défaut originaire : la prématuration biologique qui introduit chez lui le manque. L'animal ne peut que réagir à des stimuli selon un code; il ne peut pas répondre à des questions. Son système sémiotique, composé de messages programmés, n'est pas comparable à une langue humaine fondée sur la parole.

Dans sa lecture critique des développements lacaniens qui selon lui ne différent en rien de la thèse cartésienne de l'animal-machine, Derrida n'attribue pas à l'animal une capacité de réponse. S'il conteste la frontière entre l'homme et l'animal, c'est en affirmant que l'homme est, lui aussi, câblé. Dans l'un et l'autre cas, les signes prennent leur valeur de leur relation des uns aux autres. Derrida appelle itérabilité de la marque cette fonction dépourvue de toute intentionnalité. Chez les hommes aussi, la réaction et la réponse ne sont pas séparables, il y a de la répétition, de l'automaticité. Cette thèse, plutôt inquiétante pour les humanistes, conduit à s'interroger sur les concepts de responsabilité, souveraineté, décision, éthique, etc...

 

 

Derrida ne nie pas la différence entre ce qu'on appelle un humain et ce qu'on appelle un animal, mais il conteste qu'on puisse tracer une ligne indivisible entre l'homme en général et l'animal en général.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAnimal

PE.LLO

MQiDerridaLacan

HL.LLK

DerridaMarque

OG.LOG

UAnimalIterabilite

Rang = NDistinctionsAH
Genre = MR - IA