Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le cinéma, évidence du cinémonde                     Le cinéma, évidence du cinémonde
Archi - schèmes               Archi - schèmes
Jean-Luc Nancy - "Revue Trafic n°50 (été 2004), "Qu'est-ce que le cinéma?"", Ed : POL, 2004, pp187-8

 

-

En projetant son être comme tel, le cinéma rend possible la configuration de notre monde, le cinémonde

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Jean-Luc Nancy distingue entre le cinéfile et le cinéphile. Le cinéfile est un simple amateur, qui va au cinéma pour se distraire ou se sentir en résonance avec le vécu des personnages (comme Monika, la jeune épicière d'un film de Bergman). Parmi les films, il distingue entre ceux qui lui plaisent et les autres, sans trop les commenter. Il voit tout, mais regarde peu, sans s'intéresser aux montages ni aux trucages. Le cinéphile, au contraire, décline ses connaissances, il analyse les films, les conjugue en différentes langues, scrute tout d'un oeil averti, élabore le cinéma comme une modalité de la pensée. Mais tous deux sont spectateurs, le cinéfile étant toujours un peu cinéphile et vice-versa. Car le cinéma a d'abord été spectaculaire. Son attrait a résidé dans l'attraction, la captation, la fascination. Il s'est posé, dès le départ, comme loisir de masse. Les films n'étaient pas seulement des oeuvres, mais aussi une dimension de l'existence, en résonance avec le monde réel. La télévision, les publicités, les festivals, la place des acteurs et des réalisateurs dans la société, la multiplication des canaux de diffusion, tout cela fait du cinéma autre chose qu'un instrument ou une valeur d'usage : une projection du monde. Alors que la photo ne projette que des images du monde, le cinéma projette l'être du monde comme tel, son flux, ses allées et venues. Le cinéphile voit des films d'auteurs, mais le cinéfile habite dans le cinémonde.

Mon oncle (Jacques Tati, 1958).

 

 

En se projetant lui-même, le cinéma projette le monde, et il projette aussi le spectateur dans ce monde. C'est ainsi que nous sommes tous devenus cinéfiles, habitants du cinémonde. Nous perception du monde passe par cette expérience, dont elle est une condition de possibilité.

- Ozzy : Jamais la peinture, ni aucun art visuel, n'a rempli une telle fonction. Avec le cinéma (aujourd'hui démultiplié par d'innombrables écrans),, ce qui arrive dans l'histoire des images est radicalement nouveau.

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Nancy
CinemaAutoAff

DI.LLK

ArchiOeuvreScheme

EG.LEG

UCinemondeProj

Rang = QCinemonde
Genre = MH - NP