Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le cinéma, évidence du cinémonde                     Le cinéma, évidence du cinémonde
Archi - schèmes               Archi - schèmes
Jean-Luc Nancy - "Revue Trafic n°50 (été 2004), "Qu'est-ce que le cinéma?"", Ed : POL, 2004, pp188-9

 

-

Le cinéma est l'une des conditions de possibilité de la mise en jeu de notre être dans le monde d'aujourd'hui

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Aujourd'hui, le cinéma est partout. Il occupe les ondes (les films qui sortent, les reprises), il s'étale sur les panneaux publicitaires, on le croise dans les rues (les multisalles), on parle des acteurs, des réalisateurs, des festivals, on peut télécharger les films ou les voir en streaming, on en discute entre amis ou entre collègues. Il contribue à notre écosystème, ce que Jean-Luc Nancy appelle l'écotechnie (digitalisée ou non). Il n'est pas seulement un instrument pour le loisir ou la consommation, il fait partie de notre espace de vie d'une manière particulière : en se projetant, il projette aussi le monde, l'être du monde, son flux, et le spectateur lui-même. Désormais, chacun vit, pense, travaille, habite dans le cinémonde.

Sur un mode plus philosophique, on peut dire que l'expérience du monde d'aujourd'hui est configurée, schématisée par le cinéma. Pour chaque situation de la vie quotidienne (voir une rue, un paysage, un objet, aimer, haïr, monter ou descendre l'escalier), notre regard compose avec des formes ou des figures cinématographiques - qui sont différentes de celles que la peinture, la photographie ou d'autres mises en perspective nous ont léguées.

 

 

Le cinéma se projette dans le monde, et aussi à l'intérieur même des films. Nancy donne l'exemple de Un été avec Monika, de Bergman, où l'héroïne, dans sa fuite onirique, ne regrette qu'une chose de la vie urbaine : le cinéma. Cette mise en abyme (le personnage d'un film qui se rend lui-même au cinéma, pour voir un film où il peut rêver de sa propre histoire) n'est pas une simple figure de rhétorique. Le réel tend à se réaliser par l'image. Il y trouve sa consistance, ses possibilités et ses impossibilités.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Nancy
CinemaAutoAff

DK.LKD

ArchiOeuvreScheme

EH.LEH

UCinemaEtrePossible

Rang = PCinemaMondeScheme
Genre = MH - NP