Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la bêtise                     Derrida, la bêtise
Sources (*) : Derrida, le quasi - transcendantal               Derrida, le quasi - transcendantal
Jacques Derrida - "Séminaire 2001-02 "La bête et le souverain" Volume 1", Ed : Galilée, 2008, p207

 

L'idiot du village (Carlos S. de T., 1923) -

Derrida, le pouvoir, le souverain

La bêtise est un quasi transcendantal, toujours idiomatique et singulier, une catégorie exceptionnelle dont le sens comme tel ne se laisse pas déterminer

Derrida, le pouvoir, le souverain
   
   
   
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Commentant une citation de Deleuze (Différence et répétition p196, voir ici), Jacques Derrida situe la bêtise au coeur de la philosophie. Il faut être modeste car la bêtise d'autrui est aussi la mienne, elle m'est toujours proche. On a tendance à utiliser le mot pour accuser l'autre, le discréditer. Mais comment définir la bêtise? Elle est à chaque fois singulière, différente. La signification du mot n'est jamais sûre; c'est une catégorie indéterminée, sans catégorie, trans-catégoriale. Dans la langue française, on ne peut pas en déterminer un concept univoque - vouloir la définir serait une folie.

La bêtise serait donc une quasi-catégorie, comme il y a, par exemple, des quasi-concepts [quasi-catégorie qui pourrait être aussi la conception derridienne de la catégorie]. Il faudrait, pour la caractériser, revenir à une définition médiévale (avant Kant et ses schèmes) du transcendantal : "qui transcendit omne genus" : "une catégorie qui transcende toutes les catégories et n'appartient donc pas à la série ou à la table des catégories". Et voilà posé le quasi-transcendantal derridien : ce qui est exclu et fait exception et qui occupe [donc] la place du transcendantal sans l'être, comme l'idiot du village ci-contre, dont nul ne peut rien dire ni rien comprendre si ce n'est que, peut-être, il est bête [contrairement à nous].

 

 

Mais, selon Derrida, ce n'est pas au quasi transcendantal que Deleuze fait référence, c'est à une toute autre notion, beaucoup plus classique : la liberté. Se rapportant aux Recherches sur la nature de la liberté humaine de Schelling, Deleuze situe la bêtise comme pensée, comme liberté pensée et pensante [à rapprocher d'un autre concept qu'il développe dans ce livre, celui de la différence libre]. Présentée comme individuation sur un fond obscur et terrorisant (le fond originaire indifférencié de Schelling), la bêtise reste un propre de l'homme. En prenant forme sur ce fond, l'homme a l'expérience de la liberté (même si elle est associée à la hantise du mal, de la cruauté, de la bêtise, de la folie [schizo]).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaBetise

IE.LIE

DerridaQuasiTransc

FJ.LLK

ProSouverain

GK.LKD

UBetiseTranscendant

Rang = NBetiseTransc
Genre = MK - NA