Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la bêtise                     Derrida, la bêtise
Sources (*) : Derrida, le concept               Derrida, le concept
Jacques Derrida - "Séminaire 2001-02 "La bête et le souverain" Volume 1", Ed : Galilée, 2008, p231

 

- -

Derrida, l'animal

Les thématiques de la bête ou de la bêtise appellent des logiques fictionnelles, des réponses fabuleuses, des quasi-concepts

Derrida, l'animal
   
   
   
Derrida, fable, récit Derrida, fable, récit
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Qu'est-ce que la bêtise? Il est impossible de la définir rigoureusement, de donner des critères de jugement qui pourraient décider de la bêtise ou de la non-bêtise de quelqu'un. Dans son livre Stupidity (parlant de ce mot de la langue anglaise dont le champ sémantique ne correspond exactement ni à la bêtise ni à la stupidité de la langue française), Avital Ronell qualifie la Stupidity de "quasi-concept" : un concept "si instable, soumis à une telle variabilité, à une telle plasticité, à une telle mobilité, à une telle variété d'usages que son sens n'est pas assuré" écrit Derrida. Ce mot, "quasi-", [qu'on retrouve dans quasi-transcendantal], Jacques Derrida l'associe à la structure du "comme si", de la fable, qui produisent dans leur énonciation même, directement d'une bouche, une vérité.

Quand Heidegger, parlant de son engagement en faveur du nazisme en 1933-34, le qualifie de "Dummheit" (bêtise en allemand), il évite toute précision conceptuelle, il suspend son jugement, y compris politique. Cette réponse rusée, malicieuse, fabuleuse, unique référence de Heidegger à sa propre bêtise, invoque un faux-pas, un accident qui n'implique aucune sorte de responsabilité et évite de reconnaître quelque "erreur" que ce soit. J'ai été bête, dit-il, je le regrette, mais je n'y peux rien. C'est un acte à la fois déterminé et indéterminé, une décision qui reste dans l'indécidable. Il ne faudrait pas accorder à cette bêtise, voudrait dire Heidegger, trop d'attention philosophique. [Or considérer la bêtise comme quasi-concept, comme le font Avital Ronell et Jacques Derrida, c'est justement lui accorder toute l'attention philosophique qu'elle mérite].

Femme embrassant une chèvre (miniature, vers 1200).

 

 

Mais pourquoi la philosophie évite-t-elle de s'intéresser à la bêtise? Y aurait-il pour elle une menace?

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaBetise

IL.LIL

DerridaConcept

HE.LHE

DerridaAnimal

MN.KKJ

DerridaFable

IO.LIO

UBeteQuasiConcept

Rang = QBetiseQuasiConcept
Genre = MR - IA