Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le Qui et le Quoi                     Derrida, le Qui et le Quoi
Sources (*) : Derrida, la bêtise               Derrida, la bêtise
Jacques Derrida - "Séminaire 2001-02 "La bête et le souverain" Volume 1", Ed : Galilée, 2008, pp247-248

 

Caricature du souverain (1870-71) -

Derrida, le pouvoir, le souverain

Du côté du souverain comme de la bête, du Qui et du Quoi, il y a de la bêtise, l'un étant toujours à la fois moins bête et plus bête que l'autre

Derrida, le pouvoir, le souverain
   
   
   
Derrida, l'animal Derrida, l'animal
L'oeuvre, le "Qui", le "Quoi"               L'oeuvre, le "Qui", le "Quoi"  
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

Le souverain est toujours l'instance d'un Qui : un sujet, une première personne qui dit Moi-Je, qui prétend décider librement, qui répond de soi, est supposé dominer sa vie psychique et faire la loi. Cette prétention personnifiée par le personnage de Valéry, Monsieur Teste, qui dit "La bêtise n'est pas mon fort", est pour Derrida l'un des combles de la bêtise [on ne décide jamais librement, on ne peut pas répondre de soi, etc...].

La bêtise se dit aussi de ce que le Moi est impuissant à dominer, à réprimer, à refouler, cette machine, cette marionnette, ce "ça" qui est en lui (y compris en Monsieur Teste), cette autre instance étrangère, incontrôlable, celle du Quoi. Au fond de moi, il y a ces réactions inconscientes, la profondeur abyssale d'un fond - une bêtise tout aussi insondable.

En avançant la formule "Le Moi est toujours à la fois plus bête ou moins bête que ça" [qui reprend étrangement la métapsychologie freudienne dont il se dissocie dans les mêmes pages], Jacques Derrida insiste sur la force de la bêtise, qui est toujours des deux côtés, le Qui et le Quoi. Se poser comme souverain ou dénoncer la bêtise de l'autre revient au même. Valéry est autant attiré par Monsieur Teste que Flaubert par Bouvard et Pécuchet.

 

 

Entre ces deux combles de bêtise, l'autoposition du Qui et la production machinique du Quoi, entre la bête et le souverain, en un point d'intraduisibilité, de non-savoir, s'ouvrirait la possibilité d'un mouvement qui ne soit pas pris dans l'idéalité du sens : émergence de significations, de valeurs non ou quasi transcendantales, d'axologies nouvelles : le mouvement de la différance (ou de l'oeuvre).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaQuiproquo

EJ.LEJ

DerridaBetise

GJ.LJD

ProSouverain

JO.LJO

DerridaAnimal

MO.LLK

OeuvreQuiQuoi

LD.LLD

UQuiQuoBetise

Rang = QBetiseSouverainBete
Genre = MK - NG