Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le phallus, phallocentrisme                     Derrida, le phallus, phallocentrisme
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "Séminaire 2001-02 "La bête et le souverain" Volume 1", Ed : Galilée, 2008, p297

 

Priape -

Originairement, le phallus est une marionnette, une érection automatique, prothétique en soi, coupée de l'homme

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Il y a plus d'une marionnette dit Derrida, il y a marionnette et marionnette, une différence dans le corps même, dans le coeur de la marionnette. Selon Paul Celan, deux expériences, deux sens, deux arts de la marionnette se croisent, entre lesquels on pourrait distinguer. Il y a donc une distinction dit Derrida, mais laquelle? On n'en est pas sûr, on n'a jamais l'assurance de la stabiliser. On peut comparer la marionnette à une jeune fille vierge, innocente, attendrissante, spontanée; et aussi (entre les mains de son marionnettiste) à un objet dressé, debout, dur, à une érection, un mouvement phallique, une loi mécanique, instrumentale. Il y va dans cette distinction de la différence sexuelle, et aussi du Qui et le Quoi. D'une part le vivant de la vie (le présentement vivant) qui est un étant, et d'autre part un être vivant qui serait un vivant sans l'être (p292), un semblant d'étant, une prothèse, un fétiche, un substitut. D'une part le vivant qui se meut de lui-même, spontané, autonome, automoteur; et d'autre part celui qui est programmé comme un réflexe automatique. L'homme produit des marionnettes en ce second sens, des théâtres de marionnettes - comme en témoignent certaines processions de la Grèce et de Rome où l'on exhibait une poupée gigantesque, le simulacre d'un pénis en érection, pour honorer la fécondité ou la puissance générative.

 

 

Il y a dans l'érection quelque chose de mécanique. C'est un réflexe, une réaction qui semble indépendante de la volonté, voire du désir. Le phallus s'érige comme une matière coupée de l'homme, une poupée mécanique. Il apparent comme bête, inhumain, anhumain, soustrait à la responsabilité, animé par un autre énigmatique. C'est une chose, un quoi.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaPhallus

FE.LEF

UPhallusProthese

Rang = MPhallusProthese
Genre = MK - NG