Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
                   
Sources (*) :              
Peter Szendy - "L'Apocalypse cinéma - 2012 et autres fins du monde", Ed : Capricci, 2012, pp35-41

 

-

Par la propagation à l'écran de la destruction, certains films donnent à voir, dans un "archi-travelling" apocalyptique, le désajointement du monde

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans Terminator 3 (Le Soulèvement des machines), entre 31' et 36', on voit une longue scène de poursuite dont les protagonistes sont deux robots antagonistes, T-X (la méchante machine envoyée du futur pour détruire les futurs résistants) et T-850 (le gentil machin, envoyé du même futur pour protéger les mêmes futurs résistants). La première s'est emparée d'un camion-grue, et le second d'une moto, puis d'une voiture de pompiers. Dans cette séquence, la grue déployée produit, explique Szendy, une "casse monumentale" : carrosseries détruites, bâtiments abattus, voitures explosées, poteaux électroniques, téléphoniques, feux rouges emportés, jardins dévastés, bureaux et entrepôts entiers démolis, comme s'il fallait engloutir le monde entier pour nourrir l'image. Pour décrire cette scène, Szendy parle d"archi-travelling". Cette dépense prodigieuse, ce saccage universel, cet hyperpotlatch aurait pour fonction "de retracer l'intégralité des relations entre les choses, d'éprouver leur entrelacs général au fil de leur consomption même".

La vague destructrice qui passe de chose en chose donne à voir ce qui fait un monde : le renvoi d'une chose à une autre, l'emboîtement des objets et des outils, l'encastrement, l'aboutement des choses. Montrer son écroulement, c'est prendre acte de l'ajointement des choses par la monstration de leur désajointement, que la catastrophe finale ne fait que répéter.

 

 

La course-poursuite est une sorte de répétition de l'apocalypse finale, quand le virus Skynet (capable de fonctionner sans intervention humaine) déclenche les explosions nucléaires que les hommes avaient conçus pour les protéger.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

szendy

WCinemaDesajoint

Rang = WCinemaTravellingApo
Genre = MH - NP