Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Heidegger, l'humanisme                     Heidegger, l'humanisme
Sources (*) : Au - delà du souverain, un concept "unheimlich"               Au - delà du souverain, un concept "unheimlich"
Martin Heidegger - "Introduction à la métaphysique", Ed : Gallimard, 1952, pp156-7

 

N'y va pas (Karlis Padegs, 1930) -

Pour les Grecs, l'homme est celui qui rejette hors de la quiétude : il est le plus inquiétant (unheimlich) parmi l'inquiétant, le plus angoissant, le plus porté à faire violence

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pour définir l'humain à la façon des Grecs, Heidegger analyse et interprète le premier choeur de l'Antigone de Sophocle. Il commence par deux vers : "Multiple l'inquiétant, rien cependant / au-delà de l'homme, plus inquiétant, ne se soulève en s'élevant". Le mot grec deinon, que Heidegger traduit par unheimlich et rendu dans la traduction française par inquiétant, est ambigu. Il désigne (1) l'effrayant, le terrible, ce qui provoque la terreur panique, l'angoisse autant que la crainte respectueuse et secrète (2) celui qui, en usant du savoir (de la tekhnè), dispose de la violence, qui fait violence (brutalité, arbitraire, perturbation, violation).

L'inquiétant rejette hors de l'habituel, du familier. Il agit hors de l'intime, en-dehors des limites habituelles, de la sécurité familière, se présente comme étranger, menaçant. Et cela, selon Heidegger, n'est pas une propriété parmi d'autres : c'est son essence (l'essence de l'humain), à laquelle les autres traits usuellement attribués à l'homme doivent être rapportés.

En se frayant une voie dans toutes les directions, l'homme s'expulse lui-même de sa quiétude familière. Il va sur toutes les routes sans trouver d'issue (il arrive au rien : à l'aporie). Et même dans la cité (polis), le lieu (ou site) où agissent les hommes d'action, les créateurs sont en même temps sans-ville (a-polis), solitaires, inquiétants, et confrontés à l'abîme, au sans fond (a-poris). La vie tourne sur elle-même, mais ce vivant qu'est l'humain n'habite pas dans son propre cercle, il ne vit pas son propre ajustement et son propre fondement.

 

 

L'homme croit que c'est lui qui dispose de la violence, alors que ce sont les puissances inquiétantes (l'inquiétance) qui l'expulsent de sa propre essence et le maintiennent en exil. Il croit avoir créé le langage, l'intelligence, la construction, la poésie, mais il n'a rien inventé. Ayant découvert ces puissances, il a tenté de les dompter et de les harmoniser, avant de s'y embourber lui-même, de s'y empêtrer. La seule issue à ce faire-violence est la mort. Elle seule "surlimite toute limite" - non seulement quand l'homme vient à mourir, mais "constamment et essentiellement", dans toute action.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Heidegger
HeideggerHumanisme

EG.LEG

CelanSouverain

EF.LEF

UHumainInquiet

Rang = NHumainInquiet
Genre = MR - IA