Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, liberté, libertés                     Derrida, liberté, libertés
Sources (*) : Derrida, le pouvoir, le souverain               Derrida, le pouvoir, le souverain
Jacques Derrida - "Séminaire 2001-02 "La bête et le souverain" Volume 1", Ed : Galilée, 2008, pp401-2

 

La liberte (Adolf Menzel, 1834) -

Derrida, nos tâches

Double bind : au nom de la souveraineté, il faut la liberté; mais il faut aussi déconstruire la souveraineté, sans remettre en cause la liberté

Derrida, nos tâches
   
   
   
Derrida, la stricture Derrida, la stricture
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida voudrait penser la liberté comme concept pur, à la façon de ces notions (don, pardon, hospitalité, justice) qu'il qualifie d'inconditionnalités car elles n'entrent dans aucune économie, aucun échange. La liberté ainsi conçue ne dépendrait ni d'un contexte, ni d'une situation ou de conditions historiques, elle ne serait bornée par aucune liberté concurrente, aucun semblable, aucun prochain ou aucun autre. Il faut la liberté dit Jacques Derrida. Ce n'est pas une décision, c'est une injonction, une tâche, une affirmation indémontrable, un axiome.

Comme tous les concepts derridiens, la liberté est prise dans une contradiction, un double bind.

- d'un côté, elle est indissociable de la souveraineté. On ne peut l'exiger sans exiger en même temps l'autonomie, l'auto-détermination, l'affranchissement. Elle suppose l'affirmation d'une toute-puissance, d'un "Je peux" illimité. C'est son côté axiomatique, sa dimension de valeur inconditionnelle.

- d'un autre côté, elle se heurte au souverain. Exiger la liberté, c'est critiquer les clôtures, les limites, les normes (pour les humains mais aussi, entre autres, pour les animaux et les malades mentaux qui sont enfermés dans des zoos ou des asiles psychiatriques), c'est s'engager dans une déconstruction de cette souveraineté.

Il ne peut pas y avoir de liberté sans loi, et sans mise en cause de la loi. Le concept de liberté est paradoxal.

 

 

Il y a, entre souveraineté et liberté, entre ces deux concepts indissociables, un lien et une tension. Le lien, Derrida le qualifie de stricture : une ligature indénouable mais lâche, plus lâche ou pas aussi stricte qu'une structure. La tension, c'est celle de la responsabilité, qui invite à la fois (et de manière indécidable) à défendre une liberté illimitée et à la borner.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaLiberte

EE.LEE

ProSouverain

LN.LLK

DerridaTache

GK.LLK

DerridaStricture

PF.LLK

ULiberteSovuerainete

Rang = LLiberteSouveraine
Genre = MR - IA