Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'animal                     Derrida, l'animal
Sources (*) : Derrida, la traduction               Derrida, la traduction
Jacques Derrida - "Séminaire 2001-02 "La bête et le souverain" Volume 1", Ed : Galilée, 2008, p446

 

Hyene -

Tout ce qu'on interprète comme différences entre l'animal et l'humain, tous les mots qu'on emploie, reviennent à des problèmes de traduction

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

C'est une reformulation radicale, peut-être inouïe, une autre problématique sur la question de la limite ou de la limitrophie entre l'humain et l'animal. L'opposition entre (1) l'animal rationnel, ou langagier, ou librement responsable, ou souverain, et (2) l'animal pris dans la logique d'une réaction programmée - repose sur l'utilisation de ces deux mots, "animal", "homme", utilisation qui, pour Derrida, quoique vivante et toute-puissante, tient à la survie d'une tradition (occidentale, métaphysique). Mais ces mots (dont on se passe difficilement) renvoient à la signification, la signifiance. Opposer la "réponse responsable" à la "réaction", c'est toujours interpréter, légitimer cette limite en la considérant comme une frontière. Or, on peut montrer que toute réponse comporte une part de réaction; et que ce qu'on appelle une réaction peut toujours être analysé comme réponse. Si, au lieu d'un animal, on parle d'une bête, on trouve en français le mot bêtise, un mot intraduisible, indéfinissable, plus propre à l'homme (en tant que celui-ci se pose comme celui qui se pose lui-même) qu'à la bête. La limite alors n'est plus linéaire, elle n'est plus tranchée, elle devient idiomatique, poétique : un problème de traduction comme un autre. Elle n'est plus subordonnée au logos, au logocentrisme. Ce qu'on appelle l'animal, on peut le penser comme un étranger

Hyène.

 

 

Pour rencontrer l'animal, il ne faut pas le renvoyer à ses supposées "réactions". Il faut franchir la frontière, se porter "au-delà du souverain".

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAnimal

IM.LLI

DerridaTraduction

PI.LLK

UTraducAnimal

Rang = NTraductionAnimal
Genre = MK - NP