Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
                   
Sources (*) :              
Serge Daney - "La rampe, Cahier critique 1970-82", Ed : Gallimard - Cahiers du cinéma, 1983, p15

 

-

Aporie de l'écran : invisible, il rend visible; vu, il rend invisible

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

D'une part, l'écran permet au regard de se poser. Il se présente comme une fenêtre, un trou ouvrant sur le monde. Mais d'autre part, il cache, il substitue une image au monde réel (ou imaginaire) auquel il prétend renvoyer. C'est un objet impossible, double comme un hymen. [Pour voir un film, il faut oublier l'écran comme tel; et si le regard s'arrête à l'écran comme tel, alors il ne voit plus le film].

1. Cette aporie, fait remarquer Serge Daney, ne vaut que pour le réalisme à la Hervé Bazin ou à la Rossellini. Il ignore la représentation. Si l'on renonce à l'idée selon laquelle le représenté serait le réel [ou même l'imaginaire], si l'on admet qu'avant d'être un rapport au réel, le cinéma est un rapport au visuel, alors l'aporie s'estompe.

2. D'un autre côté, un film ouvre toujours un rapport au monde ou au mouvement d'un monde, à l'évidence d'un cinémonde (Jean-Luc Nancy). L'aporie ne peut pas être éliminée : elle adhère au cinéma, comme à l'écran.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Daney

UEcranAporie

Rang = MEcranAporie
Genre = MH - NP