Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le "Gal" hébraïque, expérience de l'exil                     Le "Gal" hébraïque, expérience de l'exil
Sources (*) :              
Ksa Freisteirx - "Ehvy", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 24 mai 2014

 

- -

Entre l'accueil d'une alliance et sa rupture, Galgal est un lieu, un seuil, un mouvement de rotation

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

On peut regrouper les occurrences du mot "galgal" dans le texte biblique (qui s'écrit [גלגל], par redoublement de la racine "gal") en quatre rubriques :

- "monceau" de pierre témoignant de l'alliance entre Jacob et Laban. Ce monceau, ce tas, cette stèle, est un indice de la présence divine [Yhvh et Elohim, les deux noms divins sont cités]. Par sa présence, il témoigne d'une double alliance : entre ces deux hommes et entre les hommes et Dieu.

- lieu d'une rencontre entre un personnage désigné par son nom (le roi Saül, le prophète Samuel) et le tétragramme. En ce lieu se noue une alliance dissymétrique, hétéronomique. Dès que cette alliance est rompue, Saül, rejeté par Dieu, ne retrouve plus ce lieu. Il est passé d'un exil à un autre. Ici le mot est vocalisé guilgal (ghilgal), comme pour introduire un écart entre les deux syllabes (hétéronomie).

- le tourbillon provoqué, chez les prophètes, par la présence divine,

- les roues du char de Daniel.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Ksa
LieuGalgal

VK.LLK

XUGalgalRotation

Rang = VGalgalOeuvre
Genre = MK - NG