Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
"Glas", texte en double colonne                     "Glas", texte en double colonne
Sources (*) : Derrida, sur sa vie               Derrida, sur sa vie
Jacques Derrida - "Glas", Ed : Galilée, 1974, PI p1

 

Street Art -

Derrida, le nom

Jacques Derrida déclare que, dans Glas, son nom, son corps, son corpus et son seing sont mis en pièces

Derrida, le nom
   
   
   
"Glas" : Faire son deuil de la signature "Glas" : Faire son deuil de la signature
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Voici la citation : "Pour qui tient à la signature, au corpus et au propre, déclarons que, mettant en jeu, en pièces plutôt, mon nom, mon corps et mon seing, j'élabore d'un même coup, en toutes lettres, ceux du dénommé Hegel dans une colonne, ceux du dénommé Genet dans l'autre".

Dès la page 1, §2, du "Prière d'Insérer", l'annonce est faite. Si Derrida dédouble son écriture sur deux colonnes, s'il fait en sorte qu'entre ces deux colonnes puissent surgir un "autre texte", une "autre logique" [que celle de l'écriture linéaire ou de la pensée classique], c'est pour, d'un coup d'un seul :

- "élaborer" les noms, corps, corpus et signatures des dénommés "Jean Genet" et "G.W.F. Hegel";

- "mettre en jeu" et "en pièces" son corps à lui (puisqu'il parle à la première personne du singulier), et aussi son nom, sa signature et son corpus.

Si l'on suit ce qui se dit là en toutes lettres, on note une dissymétrie : d'un côté, les noms de Hegel et Genet sont "élaborés"; d'un autre côté, le nom de Derrida est "mis en pièces". C'est tout le projet derridien qui s'inscrit là en filigranes. Pour faire oeuvre, [produire un texte comme "Glas"], il faut travailler sur des noms (Hegel, Genet), les "élaborer" [faire de la philosophie autour de ces signatures], et aussi, dans le même temps, d'un seul coup, disloquer, ou déconstruire, ou rendre illisible son "propre" nom, son nom propre, le faire chuter, en sonner le glas, le transformer en substitut d'un mort, en écriture colossale, en signature.

 

 

Cette "déclaration" explicite, placée en tête du livre mais avant le livre, est un acte de langage. "Je déclare que mon nom, mon corps, mon corpus et mon seing sont mis en pièce". Cet acte qui n'a, en tant que tel et sous cette forme singulière, aucun précédent ni aucun modèle, jette un doute sur le sort ou la pérennité du signataire. Soit l'acte de langage "réussit", et le destinataire doit répondre à l'injonction de lire un texte dont le signataire n'a plus de nom; soit l'acte de langage "échoue", et nous continuons à lire le livre comme si une signature légitime pouvait lui être reconnue. La plupart des lecteurs supposent à ce texte un auteur, Jacques Derrida, de sorte qu'ils mettent cette déclaration en échec. Comment lire "Glas" en répondant Oui à l'invitation du texte? D'abord, cette signature derridienne, il faut l'élaborer en tant que mise en pièce (faire sur Derrida le travail qu'il fait sur Hegel et Genet). Ensuite, il faut admettre que, pour chacun d'entre nous, la contresignature implique la mise en pièces de sa "propre" signature. Ce qui implique d'explorer, à notre tour, les marges du texte.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaGlas

EL.LEL

DerridaBiographie

1974.DG.LLK

DerridaNom

YF.LLK

DerridaDeuilNom

DG.LDG

VGlasDerrLui

Rang = VGlasCorpus
Genre = MK - NG