Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la confession                     Derrida, la confession
Sources (*) : Derrida, le pardon               Derrida, le pardon
Jacques Derrida - "Papier Machine - Le ruban de machine à écrire et autres réponses", Ed : Galilée, 2001, p79

 

Madeleine penitente (Philippe de Champaigne) -

Une confession n'est pas de l'ordre du savoir ou du faire-savoir, elle se fait sur le mode du repentir, de la reconnaissance, de l'excuse, de la demande de pardon

   
   
   
               
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

A propos de l'épisode du vol du ruban que Jean-Jacques Rousseau raconte deux fois, une fois dans les Confessions (Livre II), et une seconde fois dans les Rêveries d'un promeneur solitaire (Quatrième Promenade), Paul de Man distingue entre l'aveu (sur le mode référentiel) et l'excuse (sur le mode verbal). Jacques Derrida conteste cette distinction. Dans les deux cas, il y a remémoration (d'un événement passé), archivation de cet événement (il est inscrit, consigné), performativité (l'aveu ou l'excuse).

Certes l'aveu est un faire-savoir : un événement est révélé. Jean-Jacques lève le voile, il affirme qu'il a vraiment eu lieu. Mais il ne s'agit pas seulement d'une déclaration, d'un constat de type cognitif (je sais que c'est arrivé, c'est la vérité), d'une transmission de connaissance. La confession implique l'aveu d'une faute. Se confesser, "c'est déjà s'accuser et s'engager dans un processus performatif d'excuse ou de pardon" écrit Derrida. Ce n'est pas une simple information, c'est un repentir, une accusation dirigée contre soi-même, une demande d'amour. Se confesser, ce n'est pas seulement dire, c'est faire. Ce n'est pas seulement raconter un acte passé, c'est agir encore, le réitérer en le confessant. On ne peut pas distinguer le constatif du performatif; l'un et l'autre opèrent dans la confession, de manière indécidable.

 

 

"Augustin se pose la question de savoir pourquoi il doit se confesser à Dieu qui déjà sait tout. Réponse : la confession ne consiste pas à faire savoir, à informer, à apprendre à l'autre, mais à s'excuser, à se repentir, à demander pardon, à convertir la faute en amour, etc." (Papier machine, p79).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaConfession

DK.LKD

DerridaPardon

GN.LKJ

UConfessionSavoir

Rang = PConfessionSavoir
Genre = MR - IA