Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Oeuvre, archi - performatif                     Oeuvre, archi - performatif
Sources (*) : Derrida, l'art, l'oeuvre               Derrida, l'art, l'oeuvre
Jacques Derrida - "Papier Machine - Le ruban de machine à écrire et autres réponses", Ed : Galilée, 2001, pp127-128

 

Street Art -

Derrida, la confession

Sauver l'oeuvre, c'est laisser le support de la confession, son subjectile, son archi-performatif, engendrer et consigner d'autres événements textuels

Derrida, la confession
   
   
   
Derrida, le subjectile Derrida, le subjectile
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

1.

Admettons l'hypothèse suivante : Avant toute oeuvre, il faut qu'un engagement ait été pris : Je me confesserai, je dirai la vérité sur moi. C'est à peu près ce que dit Jean-Jacques Rousseau au début des Confessions. Avant même de produire une oeuvre, avant même de se justifier, de s'excuser, de demander pardon pour les insincérités, les lacunes, il faut un engagement préalable, primordial, un engagement devant la vérité [cela vaut pour la littérature, mais aussi, par exemple, pour la peinture, comme l'a montré Cézanne]. En signant ce livre (dit Rousseau), je jure de ne pas trahir, de ne pas me parjurer, de respecter ma promesse. C'est cet engagement, ce commencement absolu, que Derrida qualifie de subjectile, d'archi-performatif. Le subjectile est le support brut, le fond qui se retire sous la figure ou l'oeuvre: il n'est ni représenté, ni verbalisé. L'archi-performatif est cet engagement plus vieux que tout engagement, qui nous engage dans la croyance, la foi, le serment (croire en l'oeuvre, avoir foi en elle, faire le serment d'en hériter). Derrida en développe le concept à partir d'un feuillet manuscrit, détachable, associé aux Confessions mais détaché d'elles, auquel il attache une importance majeure.

(voir le texte de la page ici).

Il ne s'agit pas ici d'une vérité "objective" de type constatif, cognitif, d'un genre de vérité qu'on puisse connaître, mais d'un autre appel, un appel encore plus pressant et puissant. Rousseau se déclare unique, exemplaire. "J'ose croire n'être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre" écrit-il au début des Confessions. Il s'engage au futur, envers le futur. "Je viendrai ce livre à la main me présenter devant le souverain juge. Je dirai hautement : voilà ce que j'ai fait, ce que j'ai pensé, ce que je fus", et il engage les autres avec lui "Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature; et cet homme ce sera moi". Il est seul, sans précédent, sans imitateur. Il appelle les autres au partage.

2.

Sur l'analyse derridienne de cette page, cf : L'injonction archi-performative prescrit de préserver l'archi-archive de l'oeuvre, de la contresigner pour témoigner à ses propres yeux de bonté, justice, responsabilité §1 et 3.

 

 

3.

Ce concept d'archi-performatif, sur lequel Derrida insiste finalement assez peu, est central dans sa théorie de l'oeuvre de la dernière période. L'archi-performatif est à la place du trauma. C'est un événement unique qui produit une rupture, une blessure, une interruption dans l'ordre du temps. Il peut être fictif, inventé, être vécu ou non comme une origine. L'important est sa capacité à enclencher, performativement, la machinerie de l'oeuvre. Il produit à la fois une archive de l'événement (l'oeuvre) et l'événement lui-même, en après-coup.

 

4.

A ce concept d'archi-performatif, il faut joindre cet autre concept venant de Paul de Man, l'événement textuel. Jacques Derrida le reprend à son compte - en l'altérant quelque peu. Un événement textuel est, comme son nom l'indique, un événement, du genre de ceux qui n'arrivent qu'une fois, sans prévenir - mais il est aussi ce qui met en oeuvre une machinerie. Chez de Man, c'est la lettre muette, discontinue, divisée, mutilée, démembrée, disséminatrice (ce qu'il appelle la matérialité).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
OeuvreArchiPerf

DG.LLK

DerridaArt

GM.HKK

DerridaConfession

EL.LLE

DerridaSubjectile

GN.KKD

UOeuvreArchiPerf

Rang = LOeuvreArchiPerf
Genre = MK - NG