Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Internet, informatique                     Derrida, Internet, informatique
Sources (*) : Derrida, le Qui et le Quoi               Derrida, le Qui et le Quoi
Jacques Derrida - "Papier Machine - Le ruban de machine à écrire et autres réponses", Ed : Galilée, 2001, p155

 

Bennington et Derrida dans la posture de Platon et Socrate -

Derrida, Dieu

De l'autre côté de l'écran d'ordinateur, une sentence de mort est tenue en réserve, proférée par un interlocuteur retiré, invisible et sans visage

Derrida, Dieu
   
   
   
Ecrire dans la mouvance derridienne Ecrire dans la mouvance derridienne
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La photographie ci-contre, reproduite dans le livre intitulé Jacques Derrida et signé Geoffrey Bennington et Jacques Derrida (p15) est une mise en scène, une provocation. On y voit Jacques Derrida regarder un écran d'ordinateur. Il écrit, les doigts sur le clavier. Derrière lui, son élève Geoffroy Bennington désigne l'écran du doigt. Que montre-t-il? Qu'est-ce qui, dans cette boîte, mobilise aussi intensément leur attention? Un interlocuteur invisible, celui qui était implicite dans la rédaction de Circonfession, accomplie quelques mois auparavant. Dans Circonfession, Derrida écrit à l'ordinateur les choses les plus personnelles, les plus intimes, les plus événementielles. Les deux signataires du livre"lisent la sentence de mort tenue en réserve de l'autre côté de l'écran car enfin depuis l'ordinateur j'ai la mémoire comme un ciel en face de moi, tous les secours, toutes les menaces d'un ciel, le simulacre pelliculé d'une autre subjectivité absolue, une transcendance dont je ferais ce qu'elle voudrait enfin, elle qui me veut à mort" (Circonfession p212).

Ce n'est donc ni Jacques Derrida qui fait écrire Geoffroy Bennington, ni Geoffroy Bennington qui fait écrire Jacques Derrida, c'est, derrière la machine, l'autre dont on attend les choix et les décisions.

Dans Papier machine (p155), une dizaine d'années après Circonfession, le même thème est repris à propos de l'ordinateur. Cet interlocuteur menaçant, sans visage, c'est un dieu caché, un dieu retiré, un démiurge, un inconscient machinal. D'où vient-il? D'un abîme dont on ne peut déterminer ni le fond, ni le temps. Qui est-il? Un autre qui arrive spontanément, de manière automatique, autonome. Un Qui ou un Quoi? On n'en sait rien, mais même sans savoir quelle est sa place ni son rôle, on le regarde face à face.

 

 

La scène de la photographie est une imitation parodique du dessin conservé à la Bodleian Library, dont Derrida a gardé plusieurs cartes postales qu'il aimait envoyer à des amis (cf le livre publié sous le titre La carte postale de Socrate à Freud et au-delà), dont on peut voir ici au premier plan un exemplaire encadré parmi les papiers, et là une reproduction. Sur ce dessin, Socrate, assis, écrit, tandis que Platon semble donner des ordres. C'est à Socrate que Jacques Derrida s'identifie, un Socrate qui hérite de Platon, comme si lui-même héritait de ses élèves ou de ses lecteurs.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaInternet

DG.LGD

DerridaQuiproquo

TH.LLD

DerridaDieu

VN.LLD

DerridaIdixa

DY.LLK

UOrdinateurRetrait

Rang = QInformatiqueRetrait
Genre = MK - NP