Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Ecrire dans la mouvance derridienne                     Ecrire dans la mouvance derridienne
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "Papier Machine - Le ruban de machine à écrire et autres réponses", Ed : Galilée, 2001, pp244-245

 

Une page de Glas -

Jacques Derrida a tenté de détourner, à même le papier, certaines normes typographiques, en faisant cohabiter visuellement plusieurs trajets de parole

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La période d'écriture de Jacques Derrida coïncide avec celle où l'hégémonie du papier s'est progressivement restreinte, réduite, rétrécie. Comme d'autres écrivains de sa génération, il a ressenti la perte de ce support, la fin de ce subjectile. Plus il lui échappait, plus il lui tenait au corps par tous les sens, plus il s'y attachait par ses jeux d'écriture et ses fantasmes. Dans La Dissémination, Tympan, Glas, La Carte postale, Circonfession, Le Monolinguisme de l'autre, il a inventé des dispositifs de mise en page qui, sur le plat du papier [sa surface impossible à plier comme support matériel], brisaient la ligne vocale. Dans les cultures où l'écriture phonétique domine, la profération est unilinaire. La lecture se fait à une seule voix (média simple), le papier est monorythmique. Pour en faire un média multiple (multimedia), on peut exploiter l'une de ses particularités : la synchronie, la simultanéité. On peut voir plusieurs colonnes à la fois, plusieurs mots, plusieurs phrases. On peut voir la même lettre ou la même syllabe dans plusieurs mots. Ce qui se donne à l'oeil s'écarte ainsi de la convention de lecture. Un certain cryptage est conservé, archivé, et arrête la réflexion.

La page 134 de Glas.

 

 

- Cette cohabitation est typique de la présentation du Talmud.

- J'essaie de faire la même chose avec le Derridex, mais "à même" la page du Web. Mais tandis que la feuille de papier permet de préserver la valeur de la signature, le Web tend à brouiller les noms. Comment interpréter cela? Est-ce un cryptage encore plus sévère des singularités, ou une dimension du hors livre?

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaIdixa

EJ.LEJ

OTypographieDetour

Rang = QDerridaTypographie
Genre = MK - CIT