Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Faire son deuil de l'aporie du deuil                     Faire son deuil de l'aporie du deuil
Sources (*) : Derrida, le deuil               Derrida, le deuil
Jacob Rogozinski - "Cryptes de Derrida", Ed : Lignes Ed., 2014, p46

 

The strong wicked man dying (W. Blake, 1806) -

Comment faire le deuil du deuil? C'est la chose la plus terrible, la plus secrète

   
   
   
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Faire son deuil de quelqu'un, c'est le faire disparaître en tant qu'autre, l'anéantir, y renoncer définitivement. C'est un acte courant, borné, fini, qui ne préserve dans l'objet que ce qui importe au survivant. Ce deuil implique la destruction du mort en tant qu'autre. Le rituel (social) est fait pour sa "réussite", et même dans la mélancolie, quand l'extrême fidélité va jusqu'à la renonciation du sujet à son "propre" moi - ce n'est que la norme qui est transgressée.

Mais quand on porte le deuil, n'est-ce pas aussi une façon de surmonter le deuil, d'en finir avec lui? Respecter l'altérité de l'autre mort exige le deuil du deuil, un geste impossible, infini. Le mort ne se laisse pas supprimer. Il ne disparaît pas, il insiste, il fait retour par le discours, par l'inconscient. Les voix des morts, leurs spectres reviennent. On n'a pas le choix, il faut faire justice au mort. C'est pour Derrida une obligation non négociable, inconditionnelle, une injonction archi-éthique. Tu dois aider cette singularité disparue à revenir, tu dois passer sur l'autre rive.

Pourquoi cette chose serait-elle si terrible, si secrète? Dans le deuil du deuil, il y a toujours du deuil, mais aucune possibilité de le surmonter. L'impasse du deuil freudien reste entière. Il faut être fidèle au mort, mais c'est impossible. Ce qui fait l'idiome de ce mort, ce qui fait sa singularité, reste innommable. Et pourtant c'est bien cela qu'il faut porter.

 

 

Jacob Rogozinski pose la question. Comment résister à cette fascination mortifère, comment préserver la mémoire du mort sans se laisser dévorer par lui, sans être conduit vers un deuil de soi, une perte du moi, un égicide? Selon lui, cette aporie fait de la déconstruction une pensée essentiellement mélancolique. "Je vous dis que je suis mort" serait la devise derridienne - un énoncé lui-même paradoxal, aporétique, impossible, ne pouvant conduire à la décision de préférer le moi (égicide) ou la vie.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Rogozinski
DeuilMessie

HE.LHE

DerridaDeuil

EU.LKJ

UDeuilDeuilSecret

Rang = NVDeuilDeuil
Genre = MR - IA