Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, jugement, décision                     Derrida, jugement, décision
Sources (*) : Derrida, l'autre               Derrida, l'autre
Jacques Derrida - ""Politiques de l'amitié", suivi de "L'oreille de Heidegger"", Ed : Galilée, 1994, p87

 

- -

Derrida, le sujet, le moi

Structurellement, toute décision signifie l'autre en moi, c'est un commencement absolu qui fait exception de moi; aucune théorie du sujet ne peut en rendre compte

Derrida, le sujet, le moi
   
   
   
L'époque du "peut - être" L'époque du "peut - être"
Derrida, "peut - être"               Derrida, "peut - être"  
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Dans toute décision, comme dans tout changement, une aporie est mise à l'épreuve :

- il ne peut y avoir décision, événement, changement, sans un suspens, l'engagement dans un "peut-être", la possibilité d'une indétermination absolue. Cette possibilité doit être gardée vivante, "en mémoire vive" [elle ne s'épuise pas avec la décision].

- mais cette condition de possibilité, qui doit être gardée, doit être aussi interrompue par la décision (qui peut être éthique, morale, juridique, politique). Calculer, déterminer, instituer des règles, des lois, des contrats, c'est faire violence au "peut-être". On retrouve dans ce deuxième versant de l'aporie le concept classique de la décision (et aussi le décisionnisme schmittien) : décider, c'est faire exception, c'est un acte souverain, un commencement absolu. Réduite à cela, la décision pourrait être appréhendée par une théorie du sujet.

Mais ce commencement absolu, dit Derrida, ne vient pas de moi, il vient de l'autre. Il surprend le sujet qui s'y expose. La subjectivité comme telle, identique à soi, ne décide de rien. Pour qu'il y ait décision, il faut, avant cette décision, une vulnérabilité, une sensibilité, une passivité. La décision est un accident, une folie, un non-sens. Au-delà de ce saut, de cet acte inconscient que le bon sens ne peut qu'exclure, la vulnérabilité fait retour.

 

 

Il doit y avoir, dans la décision, quelque chose de plus qu'une simple décision : un événement. Avec l'événement, quelque chose arrive au sujet, que sa volonté ne domine pas. Le caractère singulier, irremplaçable de la décision ne suffit pas. Il faut un déchirement, une rupture venue de l'autre, l'autre de moi, l'autre moi qui invite à faire exception à la répétition du même. Ainsi la décision, libérée du savoir, s'ouvre-t-elle à la responsabilité.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaJugement

FC.LDD

DerridaAutre

DO.KLL

DerridaSujet

KE.LKE

CtpPeutEtre

ER.LER

DerridaPeutEtre

GF.LDF

UDecisionSujet

Rang = LDecisionAutre
Genre = MK - NG