Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le politique                     Derrida, le politique
Sources (*) : Derrida, l'amitié               Derrida, l'amitié
Jacques Derrida - ""Politiques de l'amitié", suivi de "L'oreille de Heidegger"", Ed : Galilée, 1994, pp143-4

 

Venus et Cupidon (Aegidius Sadelier) -

Derrida, la vie, la survie

On peut faire l'hypothèse d'une autre aimance ou d'une autre politique, au-delà du politique, qui lierait l'affirmation de la vie à la suspension de la possibilité de tuer

Derrida, la vie, la survie
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Quel rapport y a-t-il, chez Carl Schmitt, entre le concept d'ennemi et celui d'ami? L'ennemi est celui qui peut être mis à mort, pendant une guerre, sans qu'il y ait crime ou meurtre. Jacques Derrida envisage une position analogue pour l'ami (ou l'amoureux) : "Je peux te tuer, tu peux me tuer, nous pouvons nous tuer". Je ne peux aimer d'amitié qu'un mortel, quelqu'un qui peut être tué, "éventuellement par moi", dit Derrida, qui renvoie à l'ambivalence freudienne. Je peux le faire, mais justement, l'amitié est ce qui suspend cette possibilité. On peut tuer son ennemi, mais pour ce qui concerne son ami, on répirme, on refoule, on sublime cette possibilité. Le commandement "Tu ne tueras point" suppose qu'il y ait possibilité de tuer; mais cette possibilité est catégoriquement, inconditionnellement interdite. Dans la relation d'amitié, l'affirmation de la vie n'est pas directe, elle tient au cheminement que Schmitt qualifie de "politique". (1) Il y a de l'ennemi qui peut être tué (2) L'ami, c'est celui qu'on peut tuer, mais qu'il est interdit de tuer (3) L'amitié repose sur une affirmation de la vie indissociable de la possibilité de la mort.

Avant la possibilité de l'amitié ou de l'amour, il y a la possibilité de la mise à mort qui conditionne le politique. On peut faire l'hypothèse d'une aimance (une autre aimance) qui ne soit pas indifférente au politique [c'est-à-dire au lien communautaire, celui qui présuppose l'hostilité à l'égard de l'ennemi], qui soit un pas au-delà du politique. Aimer dans cet horizon-là, ce serait associer autrement le politique et l'amour.

 

 

La pulsion mortifère qui subsiste dans l'ami autant que dans l'ennemi ne procède pas, selon Derrida, de la mort, mais de la vie, "de l'opposition à soi de la vie en tant qu'elle s'affirme elle-même"(p146) [en tant qu'elle s'auto-affecte, c'est la vie qui produit cette altération ou altérité absolue qu'est la mort].

Pour Schmitt, la possibilité de tuer renvoie à une anthropologie fondamentale. La vie humaine est un combat, chaque homme est un combattant; l'homme est un être pour la mise à mort ou pour la mort au combat. Toute communauté humaine suppose la possibilité réelle de la mise à mort, qui suppose elle-même une hostilité pure, détachée de tout affect - hostilité que Derrida qualifie de philosophique.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaPolitique

KO.LLO

DerridaAmitie

NB.LDD

DerridaVie

RF.LLK

UPolitiqueAimanceVie

Rang = MPolitiqueAutre
Genre = MR - IA