Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le politique                     Derrida, le politique
Sources (*) : Derrida, l'amitié               Derrida, l'amitié
Jacques Derrida - ""Politiques de l'amitié", suivi de "L'oreille de Heidegger"", Ed : Galilée, 1994, p178

 

David Octavius Hill avec un de ses amis -

Derrida, un archi - choix

La pensée derridienne du politique est hantée, avant toute question et toute affirmation, par le rêve d'une amitié sans foyer, sans présence, sans ressemblance, sans affinité

Derrida, un archi - choix
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

On trouve pp178-179 de Politique de l'amitié, dans une longue parenthèse, une sorte d'aveu. Le présent essai, dit Derrida, aurait été orienté vers la question "d'une amitié sans foyer, d'une philía sans oikeiotes". Dans les chapitres précédents, il avait expliqué que le lien fraternel (celui du foyer), fondé sur la généalogie c'est-à-dire la fidélité à la mémoire des morts, aux spectres des pères, ce lien reposait sur une amnésie. Il faut oublier la possibilité de l'arrivant absolu, du peut-être, pour privilégier le propre (oikeioin), le foyer, l'économie. Or dit-il maintenant, avant même cette problématique, il y aurait eu chez lui (chez Jacques Derrida, personnellement) une question d'avant la question, un choix qui aurait précédé son engagement dans la problématique de l'amitié. Il fait remarquer que Socrate avoue lui aussi, dans le monologue qui clot le dialogue intitulé "Sur l'Amitié" ou "Lysis", qu'en définitive ses définitions sont peut-être fausses, que peut-être il ne sait rien de ce qu'est l'amitié, ce qui ne l'empêche pas de l'avoir choisie. Donc, avant même de découvrir ce qu'est un ami, il y aurait eu chez Derrida une prière, un rêve, un geste qui pourrait avoir fait trembler la vérité. Bien que peut-être il n'y ait pas d'amis (ou de rares amis); bien que, peut-être, il soit impossible de donner une définition définitive de l'ami; nous pouvons lancer entre nous, entre amis, cette apostrophe (téléiopoétique ou messianique) : "Ô mes amis, il n'y a nul ami!". Du simple fait de cette phrase annonciatrice, il arrivera peut-être quelque chose.

 

 

Ce penser-rêver derridien, avant toute alliance du "oui" (p178) - c'est-à-dire avant toute acceptation d'une croyance déterminée - il a le statut d'une inconditionnalité. En tant qu'elle précède toute question, on peut la dire spectrale - c'est pourquoi elle le hante. Rien ne peut la vérifier, la justifier. On ne rencontrera pas au coin de la rue l'ami sans figure, sans proximité, on ne vivra pas au quotidien cette amitié sans présence et sans affinité, mais cela n'arrêtera pas la hantise. Sans de telles hantises, dit Derrida, ni la démocratie, ni le politique ne peuvent se transformer.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaPolitique

GR.LER

DerridaAmitie

ND.KDD

ChoixDerrida

DH.LDD

UPolitiqueHantiseAm

Rang = LPolHantise
Genre = MR - NP