Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'amitié                     Derrida, l'amitié
Sources (*) : Derrida, communauté               Derrida, communauté
Jacques Derrida - ""Politiques de l'amitié", suivi de "L'oreille de Heidegger"", Ed : Galilée, 1994, p245

 

- -

Derrida, le politique

Toute promesse d'amitié laisse entendre un projet de communauté politique, qui appelle plus d'un destinataire à se lier

Derrida, le politique
   
   
   
Derrida, la promesse Derrida, la promesse
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Même dans ses propos les plus théoriques, Aristote s'adressait à d'autres : ses disciples, mais aussi les destinataires présumés, inconnus, de ses jugements. Il cherchait à convaincre, à démontrer, à produire un effet sur un lecteur ou un auditeur. C'est le destin de toute phrase lisible, de toute marque. Elle invite à s'entendre sur un sens. Sa destinerrance, c'est que, avant même sa première occurrence, son destinataire est déjà multiple. Elle est itérable, intelligible dans un autre contexte. Même si l'interlocuteur est unique, il y a déjà plus d'un destinataire. Ce "plus d'un destinataire" est, déjà, un projet de communauté politique. La phrase (comme celle qui est prêtée à Aristote) peut être traduite différemment, elle se transforme, s'altère, se détache. Dès le départ, le projet est irrépressible, inéluctable, invincible, inflexible. En demandant à l'autre qu'il l'entende, en lui faisant une demande d'amitié qui est aussi une promesse d'amitié, en l'appelant à se lier d'amitié, à s'entendre sur le sens d'une phrase, c'est une autre politique qu'il est tenté de fonder, une autre expérience du politique, qui a le même âge que la phrase.

Mais s'il s'agissait d'une tentation du fondement, elle serait trop belle et peut-être la pire. Elle supposerait qu'au "Je t'aime, entends-tu?" réponde une solidité rigide, indestructible. Il faut y résister, préserver le "peut-être", la dissymétrie.

 

 

L'autre auquel la phrase s'adresse n'est pas identique à soi, et la politique de l'amitié n'est réductible ni à une assurance ni à un programme. C'est une folie qui ne peut se transformer en politique déterminée que par une histoire singulière, celle des preuves, des gages, des concepts et des symboles qui font une politique.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAmitie

PD.LLK

DerridaCommunaute

JC.LLD

DerridaPolitique

KC.LLK

DerridaPromesse

NE.LHE

UPolitiqueDerridaAristoteGenre = MK - NP