Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'amitié                     Derrida, l'amitié
Sources (*) : Derrida, le politique               Derrida, le politique
Jacques Derrida - ""Politiques de l'amitié", suivi de "L'oreille de Heidegger"", Ed : Galilée, 1994, p225

 

Double portrait (Imre Amos, 1938) -

Derrida, l'aporie

Une hyperaporétique de l'amitié est la condition archi-préliminaire d'une autre expérience, une autre pensée du politique, qui promet "peut-être" autre chose

Derrida, l'aporie
   
   
   
Derrida, "peut - être" Derrida, "peut - être"
Oeuvre derridienne, aporétique               Oeuvre derridienne, aporétique  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans ce livre intitulé "Politique de l'amitié", Jacques Derrida commence par repérer les apories liées au concept d'"amitié" chez différents auteurs de la tradition gréco-chrétienne : Aristote, Cicéron, Diogène Laërce, Saint Augustin, Montaigne, Nietzsche, Carl Schmitt. Déjà, ces auteurs lient "politique" et "amitié", ils traduisent d'une certaine façon (ou de plusieurs façons) l'une dans l'autre. C'est pour chacun d'eux un devoir, une tâche. Mais quelle est la tâche de Derrida lui-même, qui s'inscrit dans cette continuité en prolongeant ces auteurs? Il ne s'agit pas de trouver une solution satisfaisante, un dénouement analytique à ces apories. Il s'agit de les excéder, d'ouvrir à une autre expérience de la décision et de la responsabilité.

Laquelle? Le projet d'Aristote (une vie parfaite, autarcique, pour les familles, les maisons, les filiations) visait à créer, en un lieu rassemblé, le plus d'amitié possible. Derrida ne renonce pas à traduire politique en amitié et vice-versa, il ne renonce pas à un projet de communauté politique. Mais son "projet" à lui reste marqué par le "peut-être", l'indécidable. Ce n'est ni une assurance, ni un programme. Il ne repose pas sur la solidité d'une amitié établie. Au contraire, il part des failles, des contradictions, des incertitudes et des apories de l'amitié pour que, chaque fois, puissent être inventés d'autres liens (singuliers et politiques) (hyperaporétique).

 

 

Derrida voudrait approcher une "autre pensée du politique", un "nouvel ordre architectonique, analytique ou dialectique", une autre interprétation de l'amitié qui excéderaient non seulement les apories des auteurs classiques, mais même des mots comme "aporie" ou "contradiction". Sa démarche est téléiopoétique : il appelle, au présent, l'oeuvre politique (et poétique) en question, à partir de cette adresse (qu'il qualifie d'archi-préliminaire : elle ne donne aucune indication sur les politiques éventuelles de l'amitié) - dirigée vers nous (le lecteur). Il ne maîtrise pas ce que son destinataire en fera.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAmitie

NN.LLD

DerridaPolitique

KB.KLD

DerridaAporie

IJ.LIJ

DerridaPeutEtre

GP.LLM

OeuvreDerAporie

GG.LGG

UPolitiqueHyperAporie

Rang = MHyperAporetiqueAmitie
Genre = MR - IA