Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'amitié                     Derrida, l'amitié
Sources (*) : Derrida, le politique               Derrida, le politique
Jacques Derrida - ""Politiques de l'amitié", suivi de "L'oreille de Heidegger"", Ed : Galilée, 1994, pp246-7

 

Dame debout a l'epinette, detail (Vermeer, 1670) -

Derrida, "peut - être"

"Je t'aime entends-tu?"; cette déclaration d'aimance hyperbolique ne pourrait donner sa chance à une politique de l'amitié que soumise à l'épreuve du peut-être, de l'indécidable

Derrida, "peut - être"
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Il y a dans toute phrase une adresse, une demande d'écoute, un appel. Quand elle est énoncée, le geste de parole peut être entendu ou non par un destinataire, plus d'un ou encore plus, ce qui pose la question de la possibilité ou de la virtualité d'une communauté de ceux qui entendent, ou qui s'entendent à entendre. Et si la phrase peut s'interpréter comme une demande d'amitié, comme une offre ou une promesse d'amitié, alors, hyperboliquement, elle pose la question d'une politique de l'amitié. Derrida le reconnaît : il est tenté par cette hyperbole, par la possibilité qu'un autre concept du politique s'inscrive dans l'histoire à partir d'une telle adresse. Il est tenté, mais il résiste, car s'il s'enfermait dans un programme, un projet, une fondation, il contredirait la logique même de l'aimance, qui est hantée par la possibilité de l'indécidable, de l'échec. D'une part, l'énonciateur ne peut jamais s'assurer d'une écoute; d'autre part il ne peut exclure qu'un démon en lui fasse qu'il ne parle pas pour ce qu'il voudrait enseigner ou prophétiser, ce qu'il voudrait voir approuvé, accepté, compris, mais qu'au contraire il parle pour ne pas être compris. Que ce démon arrive n'est pas un risque accidentel, c'est une hantise, une menace indissociable de l'énonciation, à même le corps. Tout décision libre présuppose la possibilité d'une telle menace, d'un tel malentendu, d'un mal radical qui détruirait la possibilité de s'adresser à l'autre.

 

 

"Je t'aime entends-tu?", ou encore : "Je t'aime, écoute"; quand, dans des phrases, on entend ces apostrophes, elles sont associées à l'obscurité, à la nuit. Qui m'entend? Aucun savoir ne me donne une réponse, aucune science, aucune conscience. Le "je t'aime" est un témoignage, un acte de foi qui ne peut compter sur aucune preuve, qui reste toujours unilatéral et dissymétrique.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAmitie

NO.LHO

DerridaPolitique

KI.LKI

DerridaPeutEtre

MK.LLK

UDeclarationAmourAmitie

Rang = NEntendreAimance
Genre = MR - IA