Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
L'oeuvre ajoute toujours plus                     L'oeuvre ajoute toujours plus
Sources (*) : L'oeuvre, sa restance               L'oeuvre, sa restance
Jacques Derrida - "La vérité en peinture", Ed : Flammarion, 1978, p345

 

Petites bottes blanches (M. Drai) -

Oeuvrement, désoeuvrement

Un tableau est un reste, le pur supplément de l'opération qui appelle ce qu'il supplée comme son propre supplément

Oeuvrement, désoeuvrement
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Les chaussures sont, depuis que Platon a eu l’idée de comparer le travail du cordonnier à celui du peintre, une «marque», une convention, une répétition, une imitation, voire un topos assez convenu de la tradition picturale comme de la tradition philosophique. La question nouvelle que pose Jacques Derrida par rapport à cette tradition, c’est: Que font-elles? Dans son principe, il donne une réponse générale : elles viennent en plus. Tout se passe comme si, à la liste conventionnelle des actes de langage, on pouvait en ajouter un : supplémentariser.

Citation : "Tels «Vieux souliers aux lacets», où les rangera-t-on? N’ont-ils pas pour sujet «principal» cette fois le parergon, tout seul, avec toutes les conséquences qui s’ensuivent? Un parergon sans ergon? Un supplément «pur»? Un vêtement comme supplément «nu» du «nu»? un supplément sans rien à suppléer, appelant au contraire ce qu’il supplée comme son propre supplément?" (La Vérité en peinture p345).

 

 

Les Souliers (toujours muets), ces objets conventionnels, n’arrêtent pas de dire : Ce que vous voyez n’est pas ce que je suis. Je suis autre chose... Quoi? On ne cherche plus à distinguer entre l’œuvre (ergon), et le hors d’œuvre (parergon). Ce n’est plus une affaire de substance, mais d’acte. Il n’y a pas de «propre» des Souliers. Ils ne se déterminent que comme un reste, le supplément d’une opération qui les détruit comme produit ayant un sens, une utilité, comme objet pouvant être affecté d’une valeur de vérité. Le vêtement qui habille un nu appelle ce nu comme son propre supplément et alors celui-ci, lui aussi, devient pur supplément, un «rien». Inutile de chercher, il n’y a pas d’autre acte que celui-là.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
ArchiOeuvreDiss

DG.LLK

ArchiOeuvreReste

FS.LEE

OeuvDesoeuv

GH.LLD

UTableauResteSupp

Rang = PSupplementTableau
Genre = MK - NA