Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le génie                     Derrida, le génie
Sources (*) : Oeuvrement, désoeuvrement               Oeuvrement, désoeuvrement
Jacques Derrida - "Genèses, généalogies, genres et le génie - Les secrets de l'archive", Ed : Galilée, 2003, pp58-9

 

Le reveil de Titania -

Au - delà du souverain, un concept "unheimlich"

La puissance propre à la littérature consiste à vous donner à lire, grâce à la grâce qui vous est faite de vous retirer de toute souveraineté, de tout pouvoir de décision

Au - delà du souverain, un concept "unheimlich"
   
   
   
Derrida, retrait, effacement Derrida, retrait, effacement
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

La puissance de la Littérature, sa Toute-puissance-autre, c'est qu'elle garde, par-devers elle, le secret, tout en le donnant à regarder au lecteur.

Elle donne à lire, mais en privant le lecteur de toute appropriation. Et comment fait-elle cela? En traçant une limite indécidable entre ce qui reste caché et ce qui se montre. Ce n'est plus le lecteur qui a le droit de trancher (ou de ne pas trancher) entre la réalité et la fiction, entre l'événement réel et le fantasme, entre le témoignage et l'invention, c'est la littérature même. Cette puissance-là reste la sienne. Le lecteur sevré de souveraineté reçoit un autre don : celui de l'autre, de l'hétéronomie. En restant le lieu absolu du secret, la littérature oblige à faire l'épreuve de l'hospitalité inconditionnelle. Sa loi, c'est qu'avant toute condition ou norme, avant toute attente, toute invitation, elle expose à l'autre, elle fait aller au-devant du danger, elle jette sur la jetée de l'autre.

Pour Derrida, cette puissance de la littérature est liée à une époque déterminée, "une situation sans équivalent au monde et dans l'histoire de l'humanité" (p68). Cette situation est celle où la possibilité de trancher entre le littéraire et le non-littéraire, entre ce qui est classé dans l'oeuvre et ce qui ne l'est pas, entre ce qui relève du réel, du référent, et le matériau mis en oeuvre dans l'oeuvre, cette possibilité est retirée aux professionnels, aux archivistes, aux archontes autant qu'aux lecteurs, aux experts et aux interprètes. Il devient de plus en plus difficile, indécidable, de délimiter le corpus, de lui donner une date, de l'inscrire dans une catégorie, de déterminer ce qui est secret ou non secret, public ou privé. C'est la genèse même de la loi qui est en jeu, ce qui pose aux bibliothèques ou aux récipiendaires d'archives des problèmes pratiques, techniques, et aussi juridiques (droit d'auteur) et éthiques.

C'est là, dans cette indécidabilité, dans cette limitrophie, que gît le pouvoir de la littérature d'ajourd'hui.

 

 

Ce que Derrida dit de la littérature, on peut le dire, plus généralement, de toute "oeuvre digne de ce nom" - qu'elle soit littéraire, graphique, biographique, cinématographique ou autre.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaGenie

LE.LLE

OeuvDesoeuv

JD.LLK

CelanSouverain

ML.KKJ

DerridaRetrait

EH.LEH

ULitteratureRetrait

Rang = OLitteratureRetrait
Genre = MR - IA