Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
L'oeuvre, et le paradoxe du "oui"                     L'oeuvre, et le paradoxe du "oui"
Sources (*) : Derrida, sur sa vie               Derrida, sur sa vie
Jacques Derrida - "Ulysse gramophone, Deux mots pour Joyce", Ed : Galilée, 1987, pp120-121

 

Autoportrait avec son frere (Felix Nussbaum, 1937) -

Derrida, acquiescement, le "oui"

En signant du nom du prophète Elie, Jacques Derrida rit tout bas de la signature, il contresigne par un "oui-rire" le fou rire de l'oeuvre joycienne

Derrida, acquiescement, le "oui"
   
   
   
Derrida, James Joyce Derrida, James Joyce
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Joyce fait don de quelque chose auquel il donne le statut d'art, il "donne selon l'art" (p52). Selon Derrida, la place de l'art de Joyce, c'est "sa signature faite oeuvre" (p53). Mais Joyce ne signe pas sans rire, il signe d'un rire, d'un fou rire. Le Dieu de Babel tient aux langues multiples. C'est ce Dieu qui dit "Il faut traduire". Mais Joyce produit une oeuvre intraduisible, une oeuvre qui est son nom auquel il interdit de toucher. Il invite les experts à travailler, mais il en déconstruit par avance la légitimité. Avec son hypersignature, il déclare la guerre à Dieu, mais en même temps il joue lui-même de la lettre comme du nom de Dieu (he war).

La question de l'oeuvre chez Joyce est donc, pour Derrida, celle de la signature. Signer ou contresigner, c'est acquiescer. En acquiescant, on fait deux choses contradictoires : on prolonge le oui, on le répète, et on répond par un autre oui, une autre promesse. Quand on lit l'oeuvre de Joyce, ce paradoxe du oui se manifeste comme tel.

Il y a dans Ulysse de Joyce de nombreuses mentions du prophète Elie. Jacques Derrida, dont le prénom hébraïque est Elie, les reprend à son compte. Il signe de son nom, le nom d'Elie (p104). Derrida repère 15 fois le nom d'Elie dans le texte. Elie, c'est la promesse d'une voix extérieure, imprévisible, surprenante. C'est l'invité dont la venue était attendue, mais qui déstabilise le savoir et les normes, yc la compétence des experts. L'invité est celui qui dit "oui" au prophète Elie, celui qu'on peut appeler de partout, à tout instant, et ont on ne sait pas ce qu'il va dire, celui qui préserve toujours la possibilité d'une traduction imprévisible, nouvelle, que Joyce aurait voulu forclore.

Le fou rire, c'est ce qui protège du mal radical.

 

 

Dans ce texte, Jacques Derrida joue deux fois sur son nom, et chaque fois le dire et le rire se croisent. D'un côté le prénom qui lui a été donné à la naissance, Elie, celui du prophète imprévisible. D'un autre côté son nom de famille, dont les seules consonnes sont, dit-il, un "d" et un "r", où se croisent le oui-rire et le ouï-dire. Il y a dans le ouï-dire la dimension messianique du prophète, et dans le oui-rire une allusion (selon lui) à l'alliance de la circoncision.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
OeuvreOuiRire

JE.LLE

DerridaBiographie

1987.FO.KLO

DerridaOui

XE.LED

DerridaJoyce

LE.LEE

UDerridaRireElie

Rang = QDerridaContresiElie
Genre = MR - IA