Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Freud, la psychanalyse                     Derrida, Freud, la psychanalyse
Sources (*) : Le tout autre du principe de plaisir               Le tout autre du principe de plaisir
Jacques Derrida - "La carte postale, de Socrate à Freud et au-delà", Ed : Flammarion, 1980, p299

 

Improvisation cassee (Kandinsky, 1914) -

Oeuvre, différance, pulsion de mort

Le principe de plaisir revient toujours à lui-même, mais une hétérogénéité différantielle, une supplémentarité, un tout autre hantent ce retour à soi

Oeuvre, différance, pulsion de mort
   
   
   
Derrida, la différance Derrida, la différance
Derrida, le tout - autre               Derrida, le tout - autre  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Quand Freud se pose la question de savoir en quoi consiste le plaisir, ce qu'il est, il renvoie au principe de Carnot, à la thermodynamique de Helmholtz. Une augmentation de la quantité d'énergie "libre" produirait du déplaisir, une diminution de cette quantité produirait du plaisir [c'est le principe d'entropie]. En liant l'énergie (en réduisant la menace d'irruption d'une énergie incontrôlée), on limiterait le déplaisir - ce qui serait interprété comme plaisir. Mais la relation entre l'un et l'autre est indirecte, elle est parfois contradictoire. Ainsi le principe de plaisir peut-il, dans certaines situations, se traduire par un déplaisir. Ce n'est pas une loi ni une règle absolue, c'est un principe, une tendance. De cette complexité et de cette indirection, Jacques Derrida conclut que la question posée par le principe de plaisir peut se dire en termes de supplémentarité.

Le principe de plaisir peut laisser en délégation d'autres principes (comme le principe de réalité) qui inhiberont, décaleront, différeront provisoirement son accomplissement, sans renoncer à son autorité. D'une part, il ne s'engage que par rapport à lui-même; il s'écrit, s'envoie en différance de soi, s'adresse à lui-même, même si le retour à soi n'est jamais assuré. Les délégations ne sont qu'une modification de lui-même, un simulacre d'extériorité. D'autre part, le plaisir n'est pas homogène, ce n'est ni une substance, ni une forme générale, il dépend de mouvements, d'écarts, de ruses, de modifications d'énergie et de proportions qui, dans le temps, peuvent toujours venir en plus. La structure de différance ouvre à une altérité irréductible, un tout autre inaudible, silencieux.

 

 

Cette altérité, à même le principe de plaisir, Freud la rapproche de la pulsion de mort. Pour Derrida, c'est un autre absolu, un tout autre.

"Parce que le principe de plaisir (...) ne passe de contrat qu'avec lui-même, ne compte et ne spécule qu'avec lui-même ou avec sa propre métastase, parce qu'il s'envoie tout ce qu'il veut et ne rencontre en somme aucune opposition, il déchaîne en lui l'autre absolu" (La Carte postale, p302).

"Le principe de plaisir revient toujours à lui-même, se modifie, se délègue, se représente sans jamais se quitter. Sans doute dans ce retour à soi la hantise d'un tout autre se laisse-t-elle, nous l'avons démontré, strictement impliquer" (La Carte postale, p314).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaFreud

DJ.KJJ

InsuPrincipeDePlaisir

DE.LED

ArchiOeuvrePM

GF.LLK

DerridaDifferance

PM.LLM

DerridaToutAutre

PH.LLK

UPPdifferance

Rang = LPPDifferance
Genre = MR - IA