Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Freud, la psychanalyse                     Derrida, Freud, la psychanalyse
Sources (*) : Le tout autre du principe de plaisir               Le tout autre du principe de plaisir
Jacques Derrida - "La carte postale, de Socrate à Freud et au-delà", Ed : Flammarion, 1980, p305

 

Improvisation 26 (Kandinsky, 1912) -

Oeuvre, différance, pulsion de mort

La structure (ou stricture) principe de plaisir / principe de réalité / pulsion de mort (1, 2, 3 en un) est celle de la différance : si elle s'interrompait, ce serait l'arrêt de mort

Oeuvre, différance, pulsion de mort
   
   
   
Derrida, la stricture Derrida, la stricture
Derrida, la différance               Derrida, la différance  
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Freud, dans sa spéculation métapsychologique sur l'Au-delà du principe de plaisir (1920), distingue trois termes :

- le principe de plaisir (PP),

- le principe de réalité (PR),

- la pulsion de mort (PM).

Considérées isolément, ces limites idéales que sont PP et PR sont destructrices, mortelles. Le principe de plaisir seul conduirait à la mort s'il ne tenait pas compte de la réalité; et le principe de réalité seul y conduirait aussi, s'il se séparait du plaisir, du désir, de la jouissance. Le processus psychique, vivant, effectif, se situe entre les deux (c'est ce que Derrida appelle la différance). Mais entre les deux, il n'y a rien de présent, si ce n'est une racine commune, le principe de plaisir, différante.

Dans les trois termes, les pulsions de mort sont inscrites, déjà à l'oeuvre. "Cette structure à un-deux-trois termes, c'est la mort" écrit Derrida (LCP, p305). "Les trois termes n'en font qu'un, le même divisé" (p304). La différance, difficilement descriptible dans le logos classique, c'est "la structure du 1,2,3 en un différant de soi" (p309). On peut dire, paraphrasant Derrida, que ce "un" dissocié, néammoins un, est engagé dans un rapport auto(-hétéro)-affectif à lui-même. Les trois termes sont le même en un. Le PR apparaît comme l'autre du PP, la PM apparaît comme l'autre du PP, mais aucun des deux ne s'y oppose directement. Ils sont dans un rapport d'altération, ou d'altérité, immanent au principe de plaisir. Et même si l'on considère le quatrième terme introduit par Derrida, la différance, elle n'est qu'un "plus" ou un "moins" par rapport aux principes : "Les trois termes - deux principes plus ou moins la différance - n'en font qu'un, le même divisé, puisque le second principe (de réalité) et la différance ne sont que les "effets" du principe de plaisir modifiable" (LCP p304). Si les pulsions sexuelles elles-mêmes, ces forces sauvages, rebelles, étrangères à l'économie, ces pulsions qui résistent à la liaison et aussi à leur propre conservation, conduisent à la mort, alors comment l'arrêt de mort peut-il être évité? Par ce desserrement que la stricture engage.

 

 

Le (1, 2, 3 en un) derridien, ce rapport inéluctable à la mort, c'est aussi la seule possibilité de différer l'arrêt de mort - la seule possibilité de sur-vie.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaFreud

DF.LLK

InsuPrincipeDePlaisir

EG.LEG

ArchiOeuvrePM

GJ.LLK

DerridaStricture

FG.LLK

DerridaDifferance

PN.LLK

U.PPdifferance

Rang = NPPDifferance
Genre = MR - IA