Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Le tout autre du principe de plaisir                     Le tout autre du principe de plaisir
Sources (*) : Derrida, Freud, la psychanalyse               Derrida, Freud, la psychanalyse
Jacques Derrida - "La carte postale, de Socrate à Freud et au-delà", Ed : Flammarion, 1980, pp314-317

 

Nuit de Lune (Kandinsky, 1907) -

Si le principe de plaisir est un principe premier, il faut raconter son histoire, croire en sa souveraineté, son autorité absolue, mettre les pulsions au service de ce maître qui parle haut

   
   
   
               
                       

Pour l'acquÚrir, cliquez

sur le livre

 

Dans les deux premiers chapitres d'Au-delà du principe de plaisir, Freud réaffirme l'autorité absolue de ce principe. C'est un principe qui revient toujours à lui-même, sans véritable opposition. Même le principe de réalité ne s'oppose pas à lui : en retardant dans le temps certaines satisfactions, il ne l'infirme pas, il le confirme. En tant que tel, le principe ne sait pas se taire : il ne sait que se modifier, se déléguer. Freud commence donc par répéter le récit de cette domination. Mais lui-même semble douter de ce récit, que Derrida qualifie de "règne fabuleux". Il est hanté par la possibilité que son expérience puisse témoigner d'un autre principe. Comment faire pour que l'"acquis" de la psychanalyse soit préservé, tout en faisant droit à une autre démarche, qui tiendrait compte d'une autre source de la répétition, telle qu'elle se présente dans les névroses traumatiques ou le jeu du Fort/Da inventé par son petit-ils Ernstl?

"Dès que ça parle ça donne raison au maître absolu, le PP qui en tant que tel ne sait pas se taire" écrit Derrida (La Carte postale p314). Derrida situe le principe de plaisir du côté de la parole, de la source de vérité telle qu'elle est affirmée par le père (ou grand-père, en l'occurrence Freud). Le principe de plaisir, ça ne se prouve pas, ça ne peut que se dire, se spéculer, et c'est justement pour cela, parce que ça relève de la croyance, qu'il faut différer tout ce qui pourrait le mettre en question. Freud introduit donc son "au-delà", mais sans jamais aller jusqu'au bout, sans jamais conclure de manière nette à l'existence d'un autre principe.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
InsuPrincipeDePlaisir

BG.LLK

DerridaFreud

NA.GGK

UPPSouverain

Rang = NPPFable
Genre = MR - IA