Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Oeuvre, scène d'écriture                     Oeuvre, scène d'écriture
Sources (*) : Le tout autre du principe de plaisir               Le tout autre du principe de plaisir
Jacques Derrida - "La carte postale, de Socrate à Freud et au-delà", Ed : Flammarion, 1980, p364, Spéculer - sur "Freud"

 

Layers (Kandinsky, 1932) -

Derrida, Freud, la psychanalyse

Ce qui "fait-oeuvre", dans la scène d'écriture d"Au-delà du PP", est plus originaire, plus indépendant, plus insaisissable que ce qu'une esthétique guidée par le PP pourrait saisir

Derrida, Freud, la psychanalyse
   
   
   
Derrida, le beau Derrida, le beau
Derrida, l'art, l'oeuvre               Derrida, l'art, l'oeuvre  
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Dans le chapitre III d'Au-delà du principe du plaisir, Freud introduit une hypothèse, la compulsion de répétition. Cette compulsion est plus originaire, plus élémentaire, plus pulsionnelle que le PP, mais son statut est différent. Ce n'est pas un principe ni une tendance (comme le principe de plaisir ou plus tard la pulsion de mort), mais une fonction. Toutefois cette fonction a une particularité : elle semble indépendante du PP. Elle le déborde. Avec les rêves répétitifs, les traumas, les névroses de transfert, des voix surgissent, automatiques, démoniques, chiffrées, secrètes, elles circulent comme un testament qu'on s'enverrait à soi-même. Ce sont ces voix ventriloquées, aussi familières qu'étrangères, unheimlich, que Derrida nomme le "fait-oeuvre" :

"L'élément de ce qui fait-oeuvre, dans l'abîme où s'opèrent les répétitions, saisit l'esthétique dominée par le PP, celle que Freud évoque encore à la fin du deuxième chapitre et à laquelle il n'a jamais renoncé. Le fait-oeuvre saisit cette anticipation esthétique sans se laisser par elle ressaisir. Il est plus "originaire" qu'elle, il en est "indépendant" : on peut le décrire dans les termes mêmes par lesquels Freud ailleurs décrit l'au-delà du PP. Et il constitue l'élément de la scène d'écriture, de l'"oeuvre" intitulée Au-delà du principe de plaisir, dans ce qu'elle a de plus saisissant et de plus insaisissable, d'abord par celui qui a cru y apposer le sceau des Freud en entendant des voix" (La Carte postale, p364-5).

C'est Derrida qui insiste sur le thème de l'oeuvre en mettant en italiques fait-oeuvre et entre guillemets le mot "oeuvre". L'"oeuvre" dont il est question, celle dont Freud a choisi le titre, Au-delà du principe de plaisir, présente les caractéristiques du fait-oeuvre : elle ne se laisse pas ressaisir par l'"esthétique" du principe de plaisir. Esthétique, ici, vaut pour oeuvre d'art : le fait-oeuvre n'a aucune des qualités d'idéalité ou de stabilité qu'on pourrait attribuer au principe de plaisir. Ce que fait Freud n'est pas le travail d'un artiste, comme il l'affirme lui-même fermement pour répondre à Havelock Ellis. Ce qu'il fait n'est pas sans affinité avec ces voix qui parlent plusieurs langues hétérogènes, y compris celle des mathématiques, des ordinateurs ou de la science. Le fait-oeuvre a pour nom, chez Freud, spéculation.

 

 

Dans le chapitre suivant, le IV, Freud se libère, sa spéculation se déchaîne. Ce que Derrida appelle le "fait-oeuvre" apparaît comme tel. La compulsion de répétition peut se combiner ou se croiser avec le principe de plaisir, mais elle peut aussi le déborder, ouvrir l'hypothèse d'un "au-delà". Le "fait-oeuvre" met en question l'autorité du principe de plaisir comme tel. Ce qui arrive reste obscur, "ça" ne peut pas se déterminer sous les vocables d'énergie libre ou de processus primaire, "ça" ne peut pas non plus être nommé, même pas sous le nom de "pulsion de mort", mais il faut quand même le laisser venir, ce qui implique la dimension du retrait.

Et d'ailleurs, selon Derrida, Freud s'est déjà absenté, il a renoncé à toute vérité, n'est plus présent dans ce qu'il écrit. Il laisse une scène d'écriture, un testament. L'héritier est livré à lui-même, c'est lui qui porte le nom de Freud [comme dans la phrase de Celan : Die Welt ist fort, ich muss dich tragen]. C'est lui qui devra survivre avec cet héritage.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
AOSceneEcrit

EE.LEE

InsuPrincipeDePlaisir

ME.MML

DerridaFreud

NH.LLK

DerridaBeau

UE.LUE

DerridaArt

PV.LLK

UOeuvrePPInsaisissable

Rang = RFreudAudelaPPOeuvre
Genre = MR - IA