Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
                   
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "Glas", Ed : Galilée, 1974, pp120as

 

Instrument pour la musique contemporaine (Klee, 1914) -

Dans le mouvement rythmique des moments hegeliens, un moment de "striction" - arrêt, inhibition ou retrait - conditionne le progrès ou le déploiement des puissances

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pour décrire ce "moment", Jacques Derrida se réfère, de manière significative, à Jakob Boehme. Hegel commence par utiliser le mot "Potenz" auquel il substitue, à l'époque d'Iena, "Moment". Mais la logique est la même, elle vient peut-être de Schelling et, plus anciennement, de Boehme. Il s'agit, dans ce rythme ternaire, de suspendre la totalité à venir à une négativité, une résorption, une certaine mort de l'autre. C'est Derrida qui insiste sur ce moment et le présente avec son mot à lui, striction, comme perte de fondement (Ungrund) et de puissance. Cette perte est une néantisation, un non-être, un étranglement, mais aussi un germe - ce qui n'est pas sans rappeler, aussi, la Cabale lourianique. Avec la striction, la réduction et l'élévation sont indissociables. Dans la dialectique hegelienne, la répétition des retraits n'est pas (ou pas seulement) un événement primordial, une naissance, elle se répète, elle anticipe un bond, une autre renaissance, un nouvel enchaînement conflictuel sur le chemin du "déploiement absolu de l'absolu" (p122a). C'est le phénix hégélien (p117a), une structure répétitive sans limite externe (p123a) qui organise tout son texte. Cette structure en trois temps (bond discontinu - effraction - séjour apaisé dans une forme ouverte à sa propre négation) impose un rythme strict (p123a) dans lequel il ne peut pas y avoir d'événement, ou s'il y en a, c'est "stricture contre stricture" (p124a), à la marge.

 

 

Le retrait hegelien, enfermé dans cette structure, ne fait pas événement.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida

URetraitStriction

Rang = QHegelMomentsRetrait
Genre = MR - IA