Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Oeuvrement, désoeuvrement                     Oeuvrement, désoeuvrement
Sources (*) :              
Marc Crépon - "La Vocation de l'écriture", Ed : Odile Jacob, 2014, p112

 

Stehen, poeme de Celan, in Renverse du Souffle p21 -

La responsabilité du poème, sa promesse, c'est d'aller vers un Autre, de garder le cap du retrait dans le rien sans lequel jamais l'autre ne viendrait

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Marc Crépon compare les lectures de Paul Celan proposées par Jacques Derrida, Maurice Blanchot, Emmanuel Lévinas. Ce qui, selon lui, les rapproche, est une pensée de la responsabilité. Paul Celan ne voit "pas de différence entre une poignée de main et un poème". Cette désacralisation, Lévinas l'interprète comme "signe donné au prochain". Mais ce signe n'a rien d'évident. Il se dit dans les blancs, les silences, les ellipses du poème.

"C'est dans le balbutiement de ce "signe de rien" que réside la responsabilité" écrit Marc Crépon (La vocation de l'écriture, p107).

Il n'y a, dans le poème, pas de signe explicite, ni de complicité ni de bienveillance. Mais c'est ainsi, dans cette vacance, que le poème va au-devant de l'autre. Il ne "dit" rien. Son "dire" s'adresse à un autre dont il ne sait rien. On peut nommer ce geste "présence de l'humain" (Derrida), "humanité" (Lévinas) ou "contre-parole" (Celan).

Face à l'extrême violence, l'écriture philosophique peut décrire l'éthique, la prescrire. L'écriture poétique ne la décrit pas, ni ne la prescrit, mais elle retrouve l'éthique à partir de ce "rien" qu'elle creuse, de cette incertitude où elle se tient, de cet arrêt qu'elle exige au flux continu des paroles [interrompre, par le poème, la rhétorique répétitive des phrases quotidiennes], de cette promesse du langage à laquelle elle tient.

Poème de Paul Celan traduit par Jean-Pierre Lefebvre, paru dans le recueil "Renverse du souffle", p21.

 

 

"Plus rien de ce qui rend le langage meurtrier ne doit subsister, si la parole poétique veut aller à la rencontre de l'autre, c'est-à-dire le laisser venir à elle, si elle veut que des relations si profondément meurtries, quelque chose malgré tout demeure et survive, en dépit de toute la misère du monde" (La vocation de l'écriture, p112).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Crepon
OeuvDesoeuv

EI.LLE

UPoesieRetraitRien

Rang = OPoesieAutreREtrait
Genre = MK - CIT