Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Le texte talith                     Le texte talith
Sources (*) : L'oeuvre, au - delà du performatif               L'oeuvre, au - delà du performatif
Mireille Calle-Gruber - "Jacques Derrida, la distance généreuse", Ed : La Différence, 2009, pp58-62

 

- -

Le fil de soie de l'écriture derridienne, c'est de laisser secréter par l'autre, en secret, ses lois d'écriture

   
   
   
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Il faut, pour saisir cette formulation issue du texte de Mireille Calle-Gruber, La distance généreuse, avoir connaissance d'un souvenir d'enfance de Jacques Derrida, celui où il élevait des vers à soie dans une boîte à chaussure. On peut trouver ici une description de ce souvenir. Les chenilles fabriquent un cocon, puis le cocon se transforme en chrysalide, et de la chrysalide, un jour, sort un papillon. On peut comparer ce processus à l'écriture : la chenille produit son texte (le cocon, fait de fils de soie), elle se métamorphose, et un jour le papillon vivant laisse à son triste sort l'oeuvre achevée faite de fils morts.

Dans la logique derridienne, la chenille secrète le fil en elle-même, en secret, par auto-affection. Mais elle ne sait rien des mécanismes de production de ce fil qui s'extrait de son corps, secrété par l'autre. Et de même que la soie vient du ver, "la voix vient de l'écho, la langue vient de l'autre" (p47). L'animal secrète la soie comme le parlant secrète la langue : donnée par l'autre, c'est la sienne, mais ce n'est pas la sienne.

 

 

Ainsi se fabrique l'oeuvre derridienne (sans auteur, sans intention). Elle secrète en secret ses lois d'écriture. C'est une secrétion sexuelle, masculine, qui finit par produire un cocon littéral. Ce cocon, ce texte, enveloppe et ensevelit aussi la chenille, comme un talith. Il est l'oeuvre et aussi la signature, qui seront virtuellement abandonnés, laissés à eux-mêmes, dès que le papillon s'élancera, en avance d'une autre oeuvre. Ainsi le mourant ne se distingue-t-il pas du vivant.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CalleGruber
TexteTalith

HF.KKJ

ArchiOeuvrePerformatif

UL.KKJ

UDerridaSoieAutre

Rang = MEcritureDerrida
Genre = MK - NP