Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Lévinas : "Il faut" l'inconditionnel                     Lévinas : "Il faut" l'inconditionnel
Sources (*) : Derrida, femme, différence sexuelle               Derrida, femme, différence sexuelle
Jacques Derrida - "Psyché, Inventions de l'autre (tome 1)", Ed : Galilée, 1987, pp194-197

 

Dame a la rose (Paris Bondone, 1560) -

Derrida, Lévinas

Comme la psychanalyse freudienne, la signature de Lévinas assume la marque sexuelle (masculine), et abandonne la différence sexuelle à un tout autre déjà marqué de masculinité

Derrida, Lévinas
   
   
   
Derrida, le tout - autre Derrida, le tout - autre
Derrida, Freud, la psychanalyse               Derrida, Freud, la psychanalyse  
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Alors que la plupart des philosophes prétendent à la neutralité, Emmanuel Lévinas assume clairement la masculinité de sa signature. Quand il parle, par exemple, du mystère féminin, cela n'aurait pas pu être écrit par une femme. Ce choix d'assumer une marque sexuelle est selon Derrida "remarquable dans l'histoire de l'écriture philosophique". Mais d'un autre côté, l'altérité, pour lui, c'est celle du tout autre. La différence sexuelle est secondaire, subordonnée, elle est dérivée du tout autre. Or ce tout autre d'avant la différence sexuelle, il est déjà marqué de masculinité (le pronom "il" vient avant le "elle", le fils avant la fille, etc.). En secondarisant la différence sexuelle de cette façon, on secondarise aussi la femme. Derrida nomme cette logique bizarre, illogique, le "il" prolégoménal. Ce "il" des prolégomènes, déjà viril, c'est aussi celui de la psychanalyse freudienne, et c'est aussi celui de Lacan.

Le résultat de cette dérivation d'une arkhè neutre, c'est que Lévinas tente de maîtriser la différence sexuelle et la féminité elle-même. En soumettant la femme à l'intériorité de la maison (l'oikos, l'économie), il y inscrit aussi l'anéconomique. Dans son oeuvre même, c'est un surcroît d'altérité non dite qui finit par commander. En désexualisant le rapport au tout autre, Lévinas laisse venir l'autre du tout autre, qu'il ne peut que contresigner.

 

 

Lévinas pense l'Oeuvre par l'inscription du tout autre, par la dislocation absolue de toute économie ou réciprocité. Mais il reste muet, silencieux, sur cet autre qu'est la différence féminine. Peut-être son symptôme ou son secret se trouve-t-il là. En s'appuyant sur les "docteurs" de la bible, il retient la féminité dans la zone du Même, il l'enferme dans une crypte. L'hypothèse avancée par Derrida, c'est que cette altérité-là travaillerait au-dedans de son oeuvre, la contaminerait, dicterait en elle son hétéronomie, écrirait son texte depuis son envers.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
ArchiOeuvreLevinas

KF.LLK

DerridaFemme

TE.LET

DerridaLevinas

JG.KKJ

DerridaToutAutre

PL.LLK

DerridaFreud

GJ.LLJ

ULevinasMasculFem

Rang = QLevinasFemAlterite
Genre = MR - IA