Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le juste                     Derrida, le juste
Sources (*) : Derrida, Lévinas               Derrida, Lévinas
Jacques Derrida - "Adieu à Emmanuel Lévinas", Ed : Galilée, 1997, pp67-68

 

Chateau de Fontainebleau -

Derrida, l'éthique

La justice commence avec un parjure : en engageant, avant tout contrat, l'éthique infinie de ma responsabilité pour l'autre, je fais surgir le tiers qui la trahit par le droit

Derrida, l'éthique
   
   
   
Derrida, serment, parjure Derrida, serment, parjure
Derrida, responsabilité(s)               Derrida, responsabilité(s)  
Derrida, la loi, le droit                     Derrida, la loi, le droit    

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida introduit, pour analyser le texte de Lévinas, les mots de parjure ou de serment qui ne figurent pas dans ce texte, bien que Lévinas évoque parfois une "parole d'honneur originaire". Dans cette analyse qui tente de restituer l'axiomatique lévinassienne, le face-à-face avec l'autre absolument singulier, l'accueil de l'unique dans l'épiphanie du visage qui engage l'éthique infinie de la responsabilité pour l'autre, serait un serment avant la lettre (Derrida, Adieu, p67). Respecter l'autre, le prochain, exigerait une fidélité inconditionnelle. Mais dans ce face-à-face, Lévinas introduit un tiers, la justice. Ce tiers, aussi originaire que l'expérience du visage, c'est un autre, un "il" (illéité). En introduisant le droit, selon Derrida, cet autre "trahirait la droiture éthique". Ce parjure inaugural, quasi-transcendantal, serait une fatalité. Le face-à-face est nécessairement trahi par ce tiers qui implique langage et justice, mais aussi ontologie, totalité, Etat, politique, etc., des critères, des normes, des règles, des forces impossibles à contrôler. Derrida y voit un "mal irrépressible", la hantise d'une "perversion radicale". Le paradoxe, c'est que cette perversion est aussi la condition du Bien, de l'Amour, de la Foi, etc. Il faut du savoir, il faut de la technique, il faut cette perversion, cette "hospitalité au pire" pour laisser venir l'autre.

 

 

Il y a toujours possibilité de perversion, pervertibilité de la justice. Elle peut être pervertie par le droit. Jacques Derrida rapproche cela de l'altérité féminine, qui est selon Lévinas accueil, accuillance, mais une accueillance qui peut toujours se transformer en intériorité féminine - c'est-à-dire possession de la maison.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaJuste

EM.LEM

DerridaLevinas

NJ.LLJ

DerridaEthique

JE.LKJ

DerridaSerment

EJ.KEJ

DerridaResponsabilite

GT.KKO

DerridaLoi

MH.JJM

UJusticeParjure

Rang = NJusticeParjure
Genre = MR - IA