Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Lévinas : "Il faut" l'inconditionnel                     Lévinas : "Il faut" l'inconditionnel
Sources (*) : Derrida, Lévinas               Derrida, Lévinas
Jacques Derrida - "Psyché, Inventions de l'autre (tome 1)", Ed : Galilée, 1987, pp159-202, En ce moment même dans cet ouvrage me voici

 

Cantique des Cantiques -

Une déclaration du type : "En ce moment même dans cet ouvrage me voici" produit chez Lévinas un éclatement du "Me voici", une dislocation du Même

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

C'est le titre d'un texte de Jacques Derrida (in Psyché 1, Inventions de l'autre, pp159 à 202). Comme tout titre, il commence et commande, il dirige l'interprétation que nous pouvons donner ou proposer de ce texte. Nous sommes amenés à l'entendre, ce titre, avant même la lecture, avant de le comprendre, comme une obligation. Nous ne savons rien du texte, mais nous savons que le titre aura obligé, comme le dit la première phrase du texte qui suit immédiatement le titre : Il aura obligé, où l'incertitude sur le "il" est tout aussi manifeste.

Plus d'une fois, ce titre est répété à l'intérieur du texte de Derrida, comme il est répété à l'intérieur du texte de Lévinas. Il en devient une partie, un membre, un énoncé qui résonne avec le titre, dans une mise une abyme chaque fois renouvelée. "Me voici" nous oblige à nous interroger. Qui moi? Le signataire (absent), le lecteur (présent), ou un autre, un tiers (présent-absent)? C'est impossible à déterminer.

"Ce n'est pas le supposé signataire de 'ouvrage, E.L., qui dit "Me voici", moi présentement. Il cite un "me voici", il thématise le non-thématisable" (p168).

Le texte est construit comme un dialogue entre un homme et une femme, dans lequel le signataire (masculin) dit "je", en s'adressant à une interlocutrice à laquelle il dit "tu". Voilà qui semble simple. Mais comme le dialogue est écrit au présent d'une lecture qui n'est pas celle du "je" (signataire, déjà mort) mais celle du "je" de l'ouvrage (le narrateur), dans un contexte déterminé où un troisième "je" (philosophique) est promis au lecteur, le présent qui résonne dans le syntagme "en ce moment" n'a rien d'unifié, il ne rassemble pas. C'est un présent éclaté, un présent contaminé par le non-présent.

"En ce moment même" ne renvoie donc pas à une structure fixe, mais au desserrement / resserrement d'une stricture. Il suffit d'un commencement de série, d'un second "même", pour que s'ouvre la possibilité que le Même se disloque. Avec ce dérangement ou ce débordement du même, la série n'est plus exactement une série, c'est une série de ratures, une sériature (une série affectée singulièrement par l'autre, par le hors-série).

Le Cantique des Cantiques.

 

 

Souvent Lévinas utilise cette formule, "en ce moment même", mais ce que la formule désigne n'est pas un instant homogène. Qui parle? Comme dans le Cantique des Cantiques, ce n'est pas clair. Un homme, une femme? Pour dire quoi? Ce qui se dit "En ce moment même" dans la langue, doit aussi se dire au-delà de la langue, et en même temps être réduit au silence. En disant l'Autre, il faut dire aussi ce qui est allergique à l'Autre. "Il faut donner", mais il faut aussi tenir compte des contraintes normatives qui interdisent le don. Il faut parler de l'illéité, au-delà de l'être, mais on ne peut le faire que dans le langage de la thématisation, par un performatif inouï, comme en n'en a jamais décrit. "En ce moment dans cet ouvrage me voici", le titre choisi par Derrida, est le lieu où se dit "l'astriction au donner" chez Lévinas (p169), et aussi son interruption.

"Dans le présent ouvrage" est une formulation prélevée dans les deux dernières pages d'Autrement qu'être, qui sont intégralement citées par Derrida dans son article. Voici le début de cette longue citation : "La signification - l'un-pour-l'autre - la relation avec l'altérité - a été analysée dans le présent ouvrage comme proximité, la proximité comme responsabilité pour autrui, et la responsabilité pour autrui - comme substitution : dans sa subjectivité, dans son port même de substance séparée, le sujet s'est montré expiation-pour-autrui, condition ou incondition d'otage".

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
ArchiOeuvreLevinas

CE.LEC

DerridaLevinas

JD.LJD

UOuvrageMeVoici

Rang = OMeVoiciOuvrage
Genre = MP - IA